Transition, es-tu là?

Le 10 septembre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le PLTE soumis à l'examen du transitiomètre
Le PLTE soumis à l'examen du transitiomètre

Alors que les travaux parlementaires sur le projet de loi sur la transition énergétique ont démarré hier à l’Assemblée, les élus vont devoir enrichir le texte s’ils veulent atteindre les engagements pris par la France. C’est ce que démontrent, noir sur blanc, les associations spécialistes du climat et de l’énergie en s’appuyant sur un outil innovant, le «transitiomètre».

Dévoilé à la presse ce 10 septembre, le transitiomètre possède une vertu précieuse en ces temps d’annonces politiques à tout va puisqu’il confronte, de façon très pragmatique, les mesures du projet de loi sur la transition énergétique (PLTE) aux engagements principaux pris par la France. «Nous avons voulu innover en évaluant le texte, non pas au regard des demandes des ONG, comme on le fait d’habitude, mais par rapport aux propres objectifs du gouvernement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’énergie, etc.», explique au JDLE Anne Bringault, coordinatrice des questions liées à la transition énergétique pour le réseau Action Climat-France (RAC-F) et le réseau pour la transition énergétique (Cler). Une nouvelle façon de mettre les députés et les sénateurs face à leurs responsabilités.

 

Le grand oubli des transports

 

Développé avec le cabinet Ecofys, cet outil offre une notation du PLTE au regard de 9 engagements pris par les gouvernements pour lutter contre le réchauffement climatique. On y retrouve la réduction de moitié de la consommation d’énergie finale en 2050, claironnée par le président Hollande en septembre 2013 (16% de chances de réussite seulement), le facteur 4[1] (35%), ou encore la baisse de 20% des émissions de gaz à effet de serre des transports en 2020 actée par la loi Grenelle I (12%). «Les transports sont les grands oubliés de la transition. Le texte n’évoque que les véhicules propres mais fait l’impasse totale sur le fret, les transports en commun, ou la fiscalité diesel», commente Anne Bringault. Un commentaire d’ailleurs revenu plusieurs fois lors de l’audition, le 9 septembre, de la ministre de l’écologie par les députés de la Commission spéciale.

 

Du côté du bâtiment, le transitiomètre évalue à 13% l’assurance que sa consommation d’énergie sera réduite d’au moins 38% en 2020 par rapport à 2009 (Grenelle I).

 

La baisse de l’intensité énergétique? Très mal engagée

 

Le plus mauvais score (8%) est atteint dans le secteur de l’industrie puisque la loi Pope de 2005 fixe à 2% en 2025 et à 2,5% en 2030 la baisse de l’intensité énergétique finale. Un score toutefois sans surprise au regard de l’absence de l’industrie du débat national sur la transition énergétique.

 

Sans surprise non plus, l’engagement de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en 2025 ou 2020 ? n’est garanti qu’à 10% à la lecture du PLTE. «Quelle sera la trajectoire de la consommation? Quelles sont les prévisions d’exportations? Quels réacteurs devront fermer? Le projet de loi n’apporte aucune information», relève Anne Bringault.

 

L’essor des énergies renouvelables? En bonne voie

 

Quant à la réduction de 30% de la consommation d’énergies fossiles en 2030, elle n’obtient qu’un petit 14%. Au final, seul l’objectif d’atteindre 23% d’énergies renouvelables dans la consommation finale en 2030 est bien engagé, avec 51% de chances d’y arriver. «Malgré l’infléchissement qui a été opéré au cours des dernières années, au rythme de politiques erratiques !!! , le PLTE contient plusieurs mesures précises comme le permis unique pour développer les projets éoliens ou le doublement du fonds Chaleur», évalue Anne Bringault.

 

En matière de précarité énergétique, enfin, c’est un engagement issu du débat national qui a été retenu. Soit la rénovation annuelle de 330.000 logements de ménages précaires. Le résultat est peu glorieux (18%) notamment parce que le chèque énergie, déjà flou, ne permettra pas à lui seul d’y parvenir. L’obligation de construire des bâtiments à énergie positive, annoncée récemment par la ministre de l’écologie, n’a d’ailleurs pas été retenue puisqu’elle n’apparaît dans la version actuelle du PLTE qu’avec la mention «chaque fois que c’est possible».

 

Accessible en ligne, le transitiomètre sera réactualisé au fur et à mesure des avancées parlementaires. Actuellement bloqué à 20%, il devrait bouger dès le 23 septembre, en fonction des amendements retenus par la commission spéciale de l’Assemblée nationale.



[1] C’est-à-dire la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus