Transition énergétique: la Suisse fait œuvre pédagogique

Le 16 avril 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une plateforme grand public
Une plateforme grand public

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a lancé lundi 13 avril une plate-forme internet permettant au grand public de s’informer sur la transition énergétique. Clou de ce Swiss-EnergyScope, un calculateur énergétique, permettant de calculer la production d’électricité et les émissions de CO2 en fonction de divers scénarios.

En France, pays qui s’apprêtait à enterrer en douce un rapport de l’Ademe [1] sur les renouvelables, cet exercice pédagogique a de quoi faire rêver. Créée par l’EPFL en collaboration avec SuisseEnergie, le canton de Vaud et la ville de Lausanne, la plate-forme Swiss-EnergyScope se fixe pour objectif d’«informer, de manière aussi équilibrée que possible, l’ensemble des citoyens et des personnes intéressées sur le processus de transition énergétique en cours en Suisse».

Outre un MOOC (formation en ligne ouverte à tous) et une centaine de questions-réponses sur la transition énergétique, le site propose un calculateur qui permet, «selon vos convictions environnementales et vos priorités sociales et économiques, de découvrir l'impact de vos décisions pour la Suisse». Un bel exemple de démocratie participative, au moins virtuelle.

Il y est donc permis de prévoir, sur l’année, le mois ou la saison, le bilan énergétique du pays selon que l’on choisit ou non d’arrêter le nucléaire, de mettre fin au charbon ou de prolonger les centrales à gaz. Pour chaque scénario, l’internaute obtient ainsi la quantité d’électricité produite, les émissions de CO2, les déchets générés et le coût financier.

Le schéma classique «vole en éclats»

«Jusqu’à présent, notre système énergétique était relativement simple: le pétrole servait aux transports, l’électricité à alimenter les lampes et les appareils électroniques et le gaz ou le mazout à la production de chaleur. Mais ce schéma est en train de voler en éclats», explique l’EPFL dans un communiqué.

«Nous devons revoir de façon radicale notre système énergétique suite à la décision d’abandonner l’énergie nucléaire et la volonté de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Au terme de cette transition, à l’horizon 2035 voire 2050, la plupart des sources d’énergie, incluant les nouvelles énergies renouvelables, serviront à toutes les applications», ajoute l’école polytechnique.

En France, l’examen en deuxième lecture du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (PLTECV) a débuté mardi 14 avril, en commission à l’Assemblée. Il sera discuté en session plénière à partir du 19 mai.

[1] Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus