Transition énergétique: l’appel des associations

Le 22 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Après les ministres, les patrons d’énergéticiens, les politiques, c’est au tour des associatifs d’entrer dans le débat énergétique qui s’amorce. Après moult réflexions, le Réseau Action Climat-France (RAC-F) et ses associations adhérentes publient, dans un petit livret, les «7 mesures-clés pour engager la France dans la transition énergétique».
 
Il fallait s’y attendre, la première proposition est, bien sûr, l’instauration d’une contribution Climat-énergie «étendue à la consommation d’électricité, prenant en compte tous les gaz à effet de serre, ne comptant aucune exonération». Plus fort encore que le projet de taxe carbone, portée par Michel Rocard.
 
Dans la foulée, les ONG préconisent l’adoption rapide d’une loi de sortie progressive et complète du nucléaire. Ce texte devrait aussi prévoir l’abandon de la construction des EPR de Flamanville et de Penly, l’arrêt du recyclage des combustibles usés, la fin des exportations des réacteurs.
 
Détail cocasse, alors que toutes ces mesures vont mécaniquement accroître la production française de déchets radioactifs, le collectif préconise «l’abandon des projets de stockage», et le lancement «d’une réflexion sur le sort des déchets nucléaires». Fort heureusement, certains de ces résidus sont à vie longue, il y aura donc le temps de la réflexion.
 
Décentralisatrices par nature, les associations recommandent de mettre les collectivités au cœur de la transition énergétique. Plus exactement, les environnementalistes proposent de doter le «bassin de vie» de compétences Energie et Climat. Dans un cas, ce sera une métropole, dans d’autres, une communauté de communes, etc.
 
Ce qui est certain, en revanche, c’est que ces collectivités récupèreront la gestion de leurs réseaux de distribution de gaz et d’électricité, actuellement gérés par GRDF et ERDF. Les régions devront prendre la responsabilité des schémas régionaux Climat Air Energie et assurer la cohérence des politiques menées par les bassins de vie.
 
Pour accélérer la rénovation thermique du parc immobilier, les ONG proposent notamment d’obliger les fournisseurs d’énergie, via les certificats d’économie d’énergie, à participer financièrement aux travaux de rénovation lourde des bâtiments.
 
Quelques jours après la publication du schéma national des infrastructures de transport [JDLE], les associations ripostent. Elles demandent l’abandon pur et simple des 28 projets routiers et autoroutiers, ainsi que des projets aéroportuaires. Elles préconisent, en revanche, d’améliorer les réseaux de trains interurbains et de trouver des moyens pérennes pour financer ces grands travaux (éco-redevance poids lourds, taxe sur le kérosène, etc.).
 
Rappelant que l’agriculture est l’un des premiers postes émetteurs de gaz à effet de serre français, les auteurs recommandent de taxer la consommation d’engrais azotés (qui se décomposent en protoxyde d’azote, un puissant GES), de réformer la prochaine politique agricole commune (qui n’est pourtant pas encore adoptée), d’encourager la culture de légumineuses et de développer la méthanisation des lisiers.
 
Coïncidence, le Journal Officiel publie, aujourd’hui 22 novembre et demain, des textes réglementaires qui devraient permettre à cette filière énergétique de décoller. Ces textes autorisent les producteurs de biogaz à injecter leur gaz dans les réseaux de gaz naturel. Il leur sera racheté entre 45 et 125 euros par mégawattheure (MWh), en fonction de la taille de l’installation, du type d’unité de production et de la nature des déchets valorisés.
 
Last but not least, l’opuscule propose des solutions pour maîtriser l’étalement urbain: en transférant, par exemple, la compétence de l’élaboration du plan local d’urbanisme à l’intercommunalité.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus