Transition écologique, acte 2

Le 12 juin 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Déclaration de politique générale
Déclaration de politique générale
Assemblée nationale

Le chef du gouvernement a présenté, ce mercredi 12 juin, de nouvelles mesures environnementales dans sa déclaration de politique générale. Celles-ci devraient être mises en œuvre avant élections municipales de mars 2020.

 

La rumeur était fondée. Depuis plusieurs jours, on prêtait au premier ministre la volonté de verdir sa deuxième déclaration de politique générale. C’était donc vrai. Trois quarts d’heure durant, ce mercredi 12 juin, Edouard Philippe a présenté aux députés les grandes lignes de la feuille de route qu’il entend donner à son gouvernement pour les neuf prochains mois.

Première surprise: cet «acte II du quinquennat» place l’écologie en tête des urgences gouvernementales. Une urgence autant politique qu’environnementale. Surfant sur la vague verte des Européennes, celui à qui Pascal Canfin murmure à l’oreille ne veut pas laisser aux écologistes patentés les dividendes de l’action menée contre le gaspillage, le réchauffement ou l’économie circulaire: «personne n’a le monopole du vert», insiste l’ancien maire du Havre.

Eolien marin

Et parce que «notre ennemi, c’est le statu quo», l’ancien lobbyiste d’Areva passe la démultipliée. Sans surprise, cette fois, le locataire de Matignon espère voir voter avant l’automne les projets de loi sur les mobilités (LOM) et énergie-climat «avant l’été». A ce dernier propos, et s’appuyant sur les résultats (non encore officiellement connus !) de l’appel d’offres éolien marin de Dunkerque, le premier ministre a annoncé que la Commission de régulation de l’énergie lancerait, chaque année, pour 1 GW d’appels d’offres éolien offshore. Une mesure saluée par le syndicat des énergies renouvelables (SER).

Au chapitre de la fin de cycle, l’échéance de 2035 pour la réduction à 50% de la part de la production d’électricité par l’énergie nucléaire est confirmée. De même, la signature, d’ici la fin de l’année, des contrats de transition énergétique avec les communes du Havre, de Saint-Avold, de Cordemais et de Gardanne ; une compensation à la fermeture de leur centrale à charbon, d’ici à 2022 au plus tard.

rénovation de l'habitat

Echec récurrent des politiques de maîtrise de la demande en énergie, les programmes de rénovation de l’habitat pourraient être dynamisés. «Les aides existantes à la rénovation énergétique» des bâtiments, trop «complexes» et «profitant en réalité aux ménages les plus riches», seront remises «totalement à plat». «Nous transformerons donc le crédit d'impôt de transition énergétique en une aide plus massive, versée en faveur de ceux qui en ont le plus besoin», a indiqué le premier ministre.

A la rentrée de septembre, les parlementaires trouveront sur leur pupitre le projet de loi de lutte contre le gaspillage. Ce texte incitera les industriels à incorporer du plastique recyclé dans les bouteilles en plastique, via le cahier des charges de Citeo selon la version du texte qui a fuité le 28 mai. Le gouvernement l’utilisera aussi pour interdire l’usage par l’administration de «tous les produits en plastique jetables» à compter de 2020. De même, le gouvernement réfléchit à l’interdiction des boîtes en plastique ne contenant que de la résine vierge.

Expériences ultramarines

L’administration d’Edouard Philippe lancera une grande «concertation» avec les collectivités en vue d’étendre la consigne de certains matériaux. Avec des expérimentations à la clé qui pourraient démarrer dans les territoires ultra-marins.

Autre concertation, annoncée celle-là: la convention citoyenne pour la transition écologique. Cette assemblée de 150 citoyens «pourra proposer de nouvelles mesures, elle pourra en définir le rythme et les financements. Elle rendra ses conclusions au début de l'année 2020», a dit Edouard Philippe

En attendant, les ministres Le Maire (Économie et des Finances) et Darmanin (budget) publieront au début du mois prochain, des propositions de suppressions de niches fiscales «anti-écologiques». Les lobbys fourbissent déjà leurs arguments.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus