Traitement des déchets: les tendances franciliennes

Le 10 décembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'incinération reste le premier mode de traitement des déchets
L'incinération reste le premier mode de traitement des déchets

L’Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif) a présenté, ce 10 décembre, un état des lieux des modes de traitement en 2012. L’occasion d’observer les tendances principales, comme la stabilité du recyclage, la baisse du tri-mécano-biologique (TMB) et du stockage, et la hausse de l’incinération.

 

Pour la première fois, cette enquête biennale de l’Ordif s’intéresse aux modes de traitement des déchets ménagers et assimilés ainsi qu’aux déchets des activités économiques d’Ile-de-France.

 

Recyclage: encore un effort

 

En 2012, les 27 centres de tri franciliens ont reçu 418.000 tonnes de collectes sélectives pour une capacité totale de 637.120 t. Si les tonnages traités ont très légèrement augmenté (2%) depuis 2010, il existe encore des marges de manœuvre pour accroître ce mode de traitement.

 

Traitement organique: surtout des déchets verts

 

Environ 500.000 t de déchets ont été reçus dans les 36 plates-formes de traitement organique (35 dédiées aux déchets verts et 1 aux biodéchets).

 

TMB: en perte de vitesse

 

Environ 62.000 t d’ordures ménagères résiduelles ont été traitées dans une installation de TMB en 2012 en Ile-de-France, contre 150.000 t en 2006.

 

Incinération en hausse

 

La région francilienne comprend 19 unités d’incinération de déchets non dangereux (UIDND). Celles-ci ont brûlé plus de 3,8 Mt de déchets l’an dernier, contre 3,2 Mt en 2006, ce qui en fait le premier mode de traitement régional. Logiquement, les vides de four sont en voie de régression: 3% en 2012, contre 9% en 2006.

 

Si toutes ces installations récupèrent de l’énergie, seules 10 d’entre elles réalisent une valorisation au sens de la réglementation (plus de 60% de performance énergétique).

 

Stockage: en baisse depuis 2006

 

Enfin, les 10 installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND) ont reçu 2,7 Mt de déchets l’an dernier contre 2,6 Mt en 2010 mais 3,4 Mt en 2006. En baisse depuis 2006, l’enfouissement a donc légèrement augmenté l’an dernier, en raison de la réception de 100.000 t de terres polluées de classe 2 (déchets non dangereux et déchets d’amiante lié).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus