Traité sur la haute mer: les négociations avancent à petits pas

Le 03 septembre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La 3e session des négociations s'est conclue le 30 août
La 3e session des négociations s'est conclue le 30 août

La troisième session des négociations sur la préservation de la biodiversité en haute mer se sont conclues le 30 août à New-York avec l’ossature d’un futur traité.

Les quatre thèmes étaient au rendez-vous. Le partage des avantages des ressources génétiques marines, les outils de gestion des zones marines dont les aires marines protégées, l’évaluation des impacts environnementaux et les transferts de technologie. Sans surprise, ce sont les deux premiers qui ont généré les principaux blocages, selon Klaudija Cremers, chercheuse en gouvernance internationale de l'océan à l’Iddri[1]. «Jusqu’à présent, les Etats avaient fait de grandes déclarations pour préciser leur position. Cette fois-ci, ils sont entrés dans les discussions de fond, même s’il reste encore beaucoup d’incertitudes», note la chercheuse.

Modalités du partage

 «Les Etats s’avèrent notamment favorables à inscrire les modalités du partage des avantages de l'exploitation des ressources marines génétiques dans le texte du traité, sans le reporter à de futures négociations au sein des conférences des parties. Ils sont aussi d’accord pour prendre en compte les avantages non monétaires», ajoute-t-elle. De grandes incertitudes règnent encore quant aux destinataires des avantages récoltés et au caractère obligatoire du partage.

«Des progrès parfois lents»

De son côté, Greenpeace relève une volonté politique insuffisante au regard de l’urgence de la situation. «Il est très décevant de constater que les ambitions ne correspondent pas au niveau d’urgence requis pour sauver nos océans contre le changement climatique et la perte massive de biodiversité à laquelle nous faisons face», estime l’ONG. Plus mesurée, Pew regrette aussi que «les progrès sont parfois lents».

La prochaine session des négociations onusiennes se tiendra du 23 mars au 3 avril 2020. Ce ne sera peut-être pas la dernière, certains Etats estimant que des sessions supplémentaires seraient nécessaires.

 



[1] Institut du développement durable et des relations internationales

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus