Tournus vote contre les grandes surfaces

Le 09 octobre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Geler les projets commerciaux autour de Tournus.
Geler les projets commerciaux autour de Tournus.
DR

En élisant sans ambages un candidat opposé à un nouveau projet de grande surface dans un secteur déjà saturé, les Tournusiens semblent avoir sanctionné une certaine politique qui a conduit à la mort à petit feu, depuis plusieurs décennies, des centre-ville.

Les 6.000 habitants de Tournus, en Bourgogne, viennent d’envoyer un signal très clair: finis les centre commerciaux! Au 1er tour de l’élection municipale qui s’est tenue ce 9 octobre, le maire [qui avait été destitué par sa propre équipe en juillet dernier] a été sèchement battu par le candidat de la liste ‘Tournus citoyen’, qui l’a remporté avec 61,63%, rapporte le journal de Saône-et-Loire. Pharmacien de son état, Bertrand Veau s’est fait connaître en luttant contre la création d’un hypermarché Leclerc, qui aurait dû être construit sur 20 ha de terres agricoles. Le maire sortant, Claude Roche, avait en novembre 2016 pris une délibération qui aurait permis l’ouverture à l’urbanisation de cet espace coincé entre une bretelle d’autoroute et la voie de chemin de fer.

Le projet est déclaré d’utilité publique, mais habitants et commerçants de la communauté de communes de Vallet (Loire-Atlantique) continuent de protester contre les envies d’extension, sur 17 ha, d’un Super U. Estimant le projet «surdimensionné, dégradant pour le paysage et dangereux pour le commerce local», l’association «Laissez-nous vivre un peu, non à la ZAC du Brochet» a manifesté ce 7 octobre pour demander l’arrêt de ce projet, alors que «des centres commerciaux aussi importants existent déjà à 15 ou 20 mn autour de Vallet.»

Déjà 5 grandes surfaces

C’est que Tournus, avec ses 4 hypermarchés et son supermarché - mériterait de voir son centre-ville étiqueté «grande cause nationale 2018», comme le réclament les élus de l’association «Centre-ville en mouvement». Dans un récent éditorial, son président Patrick Vignal (également député de l’Hérault) constatait, grave qu’«entre 900 et 1 000 centre-ville sont en très grande difficulté et une  quarantaine au bord du gouffre. Certains cœurs de villes deviennent des mouroirs après 19h,  arrêtons le massacre! (…) La puissance publique et le législateur ont laissé trop longtemps les maires seuls face à ces difficultés en matière de financement ou d’accompagnement d’expertises.»

Amputer les terres agricoles

Et les chiffre sont éloquents: en 2016, le volume des surfaces commerciales a augmenté de 22%, dont 90% en périphérie. Tournus est fort bien placé dans ce triste tableau, puisque la surface commerciale y est 3 fois supérieure à la moyenne nationale. Comment Claude Roche –et son prédécesseur- ont-ils laissé cette situation se développer? Dans un Pièce à conviction diffusé il y a quelques semaines, Bertrand Veau déclarait: «Tout le monde sait que ce nouvel hypermarché est inutile. Tout ça pour répondre aux intérêts des multinationales de se faire la guerre entre eux. Et qui paie les dégâts collatéraux? Les agriculteurs, les commerçants et les générations futures qu’on est en train d’amputer de leurs terres agricoles.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus