Toujours plus de surplus de quotas de GES européens

Le 02 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les industriels européens ont moins émis de GES.
Les industriels européens ont moins émis de GES.

Le prix du quota européen d’émission de gaz à effet de serre (GES) n’est pas près de grimper. La Commission européenne vient de publier le bilan 2011 du système d’échange de quota (ETS, en jargon bruxellois). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les surplus s’accumulent.

Sous le double effet d’un hiver doux et de la récession économique, les 11.000 sites industriels soumis à l’ETS ont émis 1,7 milliard de tonnes de GES, soit 2,45% de moins qu’en 2010. Voilà pour la bonne nouvelle. La mauvaise est que le volume de surplus de quotas s’est accru de 163 millions de permis en un an. Selon l’ONG Sandbag, il atteint désormais (cumulé sur ces dernières années) 355 millions de tonnes équivalent CO2.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines. Selon Emmanuel Fages, analyste des marchés du carbone de Société générale, ce super matelas pourrait s’élever à plus de 1 milliard de quotas non utilisés en 2013-2014, avant de revenir à des niveaux moins délirants (de plusieurs centaines de millions, tout de même) vers 2020.

Les raisons de cette hyper inflation sont connues depuis longtemps. Les allocations initiales de quotas ont été trop généreuses. Les Etats membres ont obtenu de Bruxelles que les entreprises participant à l’ETS puissent aussi utiliser des crédits d’émission onusiens (peu chers) pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne. Prévues pour démarrer en 2013, les mises aux enchères ne porteront que sur une part modeste des quotas à distribuer; les autres le seront toujours gratuitement. Enfin, en réduisant l’activité industrielle, la crise financière que nous connaissons depuis 2008 n’a fait qu’amplifier le phénomène.

D’où les tentatives actuelles de l’exécutif communautaire d’extraire de l’ETS un volume plus ou moins important de quotas superflus, afin de créer le minimum de rareté nécessaire au renchérissement du coût du quota.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus