Total sous le solaire exactement

Le 24 mars 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le solaire, 1% du résultat net de Total en 2015
Le solaire, 1% du résultat net de Total en 2015
DR

Signe que la transition énergétique n’est pas un feu de paille: Total entend poursuivre sa diversification dans les énergies renouvelables.

Le pétrogazier a annoncé, ce mercredi 24 mars, le lancement de la construction d’une grosse centrale photovoltaïque au Japon.

 

Située à Nanao, dans la préfecture d’Ishikawa (nord-ouest de l’archipel), cette installation de 27 mégawatts crête occupera 25 hectares d’un terrain appartenant au groupe ISE. Ce géant nippon de la production d’œufs sera co-actionnaire de la centrale (50%) avec Total et sa filiale solaire SunPower. Devant injecter 29 gigawattheures par an sur les réseaux, cette centrale sera opérationnelle dans les premières semaines de 2017.

 

Pour Total, cet investissement (80 millions d’euros environ) dans le solaire est presque un retour aux sources. Jusque dans les années 1980, le groupe était l’un des principaux fournisseurs mondiaux de chauffe-eau solaires. Une activité qu’il finira par délaisser progressivement.

 

Mais le solaire s’est de nouveau levé sur le groupe pétrolier. En 2011, Total s’offrait, pour 1,4 milliard de dollars (1,2 Md€), 60% du capital de SunPower. Après de lourdes pertes enregistrées ces dernières années, le fabricant californien de panneaux photovoltaïques à haut rendement relève la tête. Mais Total ne parie pas sur une seule technologie. L’énergie a investi 120 M$ (107,5 M€) dans la centrale solaire à concentration Shams 1, aux Emirats arabes unis. D’une puissance de 100 MWc, l’installation a été inaugurée en mars 2013.

 

Certes, le solaire reste une activité modeste pour Total. Selon Les Echos, les énergies décarbonées n’ont contribué qu’à hauteur de 108 M$ (96,8 M€) au résultat net enregistré en 2015: à peine 1%.

 

Un chiffre appelé à progresser fortement. En juillet 2015, lors d’une audition parlementaire, le nouveau patron du groupe, Patrick Pouyanné, avait affirmé vouloir porter à 10 à 15%, en 15 ans, la part des énergies renouvelables dans le portefeuille de Total. Cet objectif pourrait d’ailleurs être dépassé.

 

Toujours selon le quotidien économique, la direction du groupe finalise sa vision à 20 ans. Dans ce projet stratégique, la part des ENR pourrait représenter 20% des activités de la Major pétrolière en 2035. Il y aura, bien sûr, des énergies solaires, mais aussi de la production d’agrocarburants (pour les transports terrestres et aériens) et de la valorisation de la biomasse.

 

Pour le groupe, il s’agit, bien sûr, de profiter des opportunités offertes par la (lente) décarbonation en cours du secteur du transport. Il s’agit aussi de s’attaquer à un nouveau marché: la production d’électricité bas carbone. Raison pour laquelle Total pourrait prochainement ajouter à ses directions historiques de l’exploration-production, du raffinage et de la distribution de produits pétroliers, une direction des énergies nouvelles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus