Total indemnise une centaine de familles sinistrées d’AZF

Le 26 novembre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
azf
azf

Il a fallu trois ans de longues procédures pour arriver à l’indemnisation d’une centaine de familles habitant une copropriété toulousaine. Ce long délai est dû à des divergences sur l’état de l’immeuble. Certains experts pensaient qu’on pouvait le réhabiliter tandis que d’autres préconisaient la destruction.

Les copropriétaires du bâtiment B de la résidence du Parc auront attendu plus de trois ans avant de pouvoir signer un accord d'indemnisation avec Total, actionnaire de l'usine AZF qui a explosé le 21 septembre 2001 faisant 30 morts et des milliers de blessés. Selon l'accord signé le 22 novembre dernier, Total remboursera 98.000 euros pour chacun des 12 appartements T6 et 72.500 euros pour les 94 appartements T4. Les propriétaires qui louaient leur bien dans cet immeuble se verront également rembourser les loyers non-perçus. Les frais de démolition de la barre sont au frais de Total. Le tout devrait coûter environ 13 millions d'euros au propriétaire d'AZF.

Le dossier a mis du temps à se régler parce qu'il y a eu une polémique sur l'état du bâtiment. Fin 2001, les experts de Total concluent que l'ensemble des quatre bâtiments de la résidence située à 1,5 kilomètre du site AZF peuvent être réhabilités. Le bâtiment B est certes dans un état moins bon que les trois autres mais cela serait dû à un mauvais entretien antérieur à l'explosion. Les experts dépêchés par la ville estiment qu'au contraire l'immeuble doit être détruit. La ville signe un arrêté de mise en péril provoquant l'expulsion des propriétaires. Depuis, les habitants attendaient le règlement du litige.

La résidence du Parc était l'un des derniers dossiers importants encore en suspens. Mais les indemnisations en cours sont encore très nombreuses. Environ mille dossiers d'indemnisations sont toujours en cours: «mais nous recevons toujours des demandes, assure Hervé Chauvier, en charge du dossier chez Total. Au cours du premier semestre, nous avons reçu une centaine de dossiers nouveaux par mois. Il s'agit de retardataires (les gens ont trente ans pour se manifester), d'aggravations de l'état de bâtiment ou de réparations mal faites ». La quasi-totalité des demandes des entreprises, commerçants et artisans est désormais satisfaite.

Pour les dommages corporels, l'obligation d'attendre un état consolidé de l'état de santé des victimes impose des délais plus ou moins longs. Sur 12.000 dossiers de ce type, 2.000 sont encore en cours de règlement. L'explosion d'AZF a généré 90.000 réclamations. Outre les indemnisations, la réhabilitation du site devrait débuter dès la parution de l'arrêté préfectoral prévue pour les prochains jours. Dimanche 28 novembre, la dernière cheminée du site de l'usine va être détruite.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus