Tortues de mer aux Etats-Unis: une population difficile à estimer

Le 16 juillet 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Conseil national de recherche de Washington (National research council of the national academies) a publié le 15 juillet un rapport sur la situation des populations des tortues de mer.

Il en ressort que les 6 espèces de tortues de mer listées comme en danger ou menacées aux Etats-Unis sont difficiles à estimer en termes de population, et à protéger en raison de données manquantes.

« Les données clés concernant les taux de naissances et de survie et d’autres informations sont encore nécessaires pour prévoir et comprendre les changements de population et créer un plan de gestion et de conservation de ces espèces efficace », estime le rapport.

Il est demandé au Service national de pêche marine (NMFS) et à l’Agence américaine de conservation de la nature (FWS) de mettre en place un plan national pour déterminer la population des tortues marines et améliorer la coordination dans la collecte des données afin de mieux les partager avec les autres organismes. Plus il y aura de données, plus la protection sera facilitée.

« La grande difficulté pour déterminer la population exacte des tortues tient au fait que nous connaissons mal ces animaux », explique Karen Bjorndal, professeur de biologie et auteure du rapport. « Par exemple, nous ne savons pas quelle taille elles ont à différents âges, ou le pourcentage de tortues qui survivent chaque année ».

Leur durée de vie importante et leurs migrations rendent effectivement leur traçabilité difficile. Mais le rapport relève également le manque de données concernant le nombre de tortues de mer n’ayant pas atteint leur maturité, leur taux de survie ainsi que le nombre de femelles gestantes.

Enfin, le rapport souligne le manque de transparence et de rigueur des plans de recherche actuels : « il y a des obstacles à la collecte et à l’analyse des données les plus importantes, le processus pour délivrer les permis de recherche n’est pas performant et les scientifiques ne sont pas suffisamment formés ». Il est donc recommandé au NMFS et à la FWS de rendre accessible leurs bases de données sur les tortues de mer, et de s’assurer que les plans générés par des agences fédérales soient ensuite confrontés à l’analyse d’autres scientifiques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus