Topten, pour des marchés publics «verts»

Le 18 juillet 2007 par Diana Semaska
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Atelier_salle_ordinateurs
Atelier_salle_ordinateurs

Après le guide d'achat vert destiné au grand public, en ligne depuis 2004 en France, Topten s'adresse aux commandes publiques. Un outil pour les collectivités territoriales qui souhaitent limiter leur impact sur l'environnement.


Lutte contre le réchauffement climatique rime désormais avec achats publics. En tout cas, c'est ce que promet le lancement sur internet le 5 juillet de l'«éco-comparateur» Topten, qui est destiné aux collectivités locales souhaitant restreindre leur impact sur l'environnement.

Créé en 2004 à l'intention du grand public désireux de verdure, par l'association de consommateurs Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) et Worldwide wildlife foundation (WWF), Topten s'adresse maintenant aux acheteurs publics,  comme les villes, les régions, les organismes HLM, les ministères…,qui pesaient quelque 53 milliards d'euros en 2005.

Les critères de classification des produits ? Un coût énergétique et un impact sur l'environnement, basé sur les labels, relativement faibles. Le prix reste au centre des préoccupations des créateurs du guide. «Ce n'est pas un guide écolo, mais il incite à faire évoluer le mode de production en donnant le choix au consommateur» explique Reine-Claude Mader, présidente de la CLCV. Topten sera mis à jour deux fois par an par un cabinet de consultants, Sowatt.

Premiers à être examinés, les écrans d'ordinateur. «C'est un produit symbolique: il est acheté en très grand nombre, et les gens l'utilisent mal en se reposant sur des mythes. Par exemple, il est faux de penser que laisser un ordinateur allumé alors qu'on ne l'utilise pas économise l'énergie», explique Edouard Toulouse du WWF. Puissance, intensité lumineuse, label (TCO 99 ou TCO 03), taille de l'écran, coût en électricité et prix d'achat sont exposés sur le site du Topten. «On compare la consommation d'électricité quand l'écran est tout le temps allumé avec celle accompagnant un usage responsable. On compare aussi l'écran avec un produit énergivore qui existe vraiment, dont on ne cite pas la marque» ajoute Edouard Toulouse.

Outil destiné à élargir le champ de vision des acheteurs sur les marchés publics, Topten joue sur les besoins de la population, et pèsera sur les productions et les distributeurs de produits en Europe. «Quand on sait que le matériel destiné aux employés d'une entreprise est souvent utilisé à 10 ou 20% de ses possibilités, on comprend l'urgence d'économiser l'énergie et de s'intéresser aux besoins», insiste Danielle Poliautre, maire adjointe de Lille qui, avec Paris, Chalon-sur-Saône, le Grand Lyon, les régions Corse et Nord-Pas-de-Calais, ont contribué à la mise en oeuvre et au financement de ce projet. A terme, Topten se ferait également en partenariat avec des entreprises privées. « Pourquoi le réserver d'abord au public? Comme disait ma grand-mère, l'exemple vient d'en haut», s'amuse Gilles Manière, maire adjoint à l'environnement de la ville de Châlons-sur-Saône.

En libre accès aux particuliers pour certains produits comme les écrans d'ordinateurs, le Topten dédié à la commande publique (pour les véhicules utilitaires par exemple) est réservé aux collectivités souscrivant à un abonnement, plus ou moins élevé selon leur taille.





 




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus