Tokyo veut réduire la part du nucléaire

Le 13 juillet 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a déclaré le 13 juillet que le Japon devait réduire sa dépendance vis-à-vis de l'électricité nucléaire et tendre vers une société qui puisse s'en passer.
 
Compte tenu de la gravité de l'accident de Fukushima, «on ne peut plus soutenir que la politique menée jusqu'à présent garantisse la sécurité de l'exploitation de l'énergie nucléaire. Nous devons concevoir une société qui puisse s'en passer», a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.
 
Le chef du gouvernement juge qu'il faut revoir de fond en comble la politique énergétique du pays qui prévoyait avant la crise de Fukushima une augmentation de la part de l'électricité nucléaire dans la production totale à plus de 50% d'ici à 2030 contre quelque 30% en 2010.
 
N. Kan plaide pour une «réduction progressive» de la part de l'électricité nucléaire au profit des énergies renouvelables (solaire, éolienne, biomasse, etc.) avec pour objectif de s'en affranchir totalement.
 
Le Premier ministre n'a toutefois pas présenté de calendrier de sortie du nucléaire.
 
L'archipel compte actuellement 54 réacteurs, mais 35 sont stoppés, à cause de séismes ou pour maintenance. M. Kan a ordonné des tests de résistance qui décideront ou non de leur redémarrage.
 
Par ailleurs, les débats sur un projet de loi concernant les énergies renouvelables doivent commencer jeudi au Parlement, a précisé N. Kan.
 
La décision ne sera toutefois pas facile à prendre. Car, selon Yusuke Nakamura, l’un des responsables du ministère japonais de l’environnement, les émissions de CO2 japonaises progresseront de 16% entre 1990 et 2012 en cas de fermeture du parc nucléaire.
 
Le protocole de Kyoto oblige l’archipel à réduire de 6% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2012.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus