Tokyo s’attaque aux exportateurs illégaux de DEEE

Le 18 décembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le 11 décembre, le gouvernement japonais a annoncé une révision en 2008 de la loi sur le recyclage des équipements électriques, pour durcir les obligations lors de leur collecte, de leur réutilisation et de leur recyclage, selon l'International environment daily. Il veut ainsi répondre aux critiques de groupe de défense des consommateurs de pays voisins (Thaïlande, Philippines etc.) qui dénoncent l'exportation de déchets potentiellement dangereux par le Japon, rendue permise par le classement de produits électriques usagés en produits industriels. Un rapport remis le 10 décembre aux ministres de l'environnement et de l'industrie confirme ces accusations, notant que certains exportateurs contournent la loi japonaise et la convention de Bâle qui fixe des règles visant à contrôler, au niveau international, les mouvements transfrontaliers et l'élimination des déchets dangereux.

Fin 2005, sur 23 millions d'appareils électriques en fin de vie, connus sous le terme DEEE en France, seules 12 millions d'unités ont été recyclées ou réutilisées dans des conditions légales. Le reste est exporté ou mis dans des décharges illégales.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus