Tokyo entrouvre la zone d’exclusion autour de Fukushima

Le 02 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La zone d'exclusion s'ouvre. Un peu.
La zone d'exclusion s'ouvre. Un peu.

Le gouvernement nippon a annoncé, vendredi 30 mars, une ouverture partielle de la zone d’exclusion, située autour de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-Ichi, d’où avait été évacuées entre 80.000 et 100.000 personnes.

Pour le moment, seuls quelques endroits de trois des onze villes de la zone sont ouverts aux résidents. Les autorités ont classé les quartiers de Tamura, Minami Soma et Kawauchi en trois catégories, en fonction du débit de dose de radiation mesuré.

En deçà de 20 millisieverts par an (mSv/an), les habitants pourront accéder librement à leur ancien domicile durant la journée, avec la perspective de pouvoir le réoccuper une fois que les opérations de décontamination seront terminées. Si le niveau de radiation oscille entre 20 et 50 mSv/an, les réfugiés pourront rejoindre, la journée durant, leur logement, pour le quitter avant la nuit. Aucune réinstallation permanente ne sera possible dans un proche avenir, a insisté le Premier ministre Yoshihiko Noda. Au-delà de 50 mSv/an, aucune réinstallation ne sera possible avant 5 ans.

Voilà pour les grands principes; lesquels pourraient rapidement évoluer. Les autorités des 8 autres villes de la zone négocient pour ouvrir de nouveau leur cité à leurs habitants. Ce qui ne donne pas toujours les effets escomptés. Dimanche, le gouvernement a autorisé les anciens habitants du village de Kawauchi à regagner leurs pénates. Seuls 10% d’entre eux ont pu surmonter la peur des radiations



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus