Tokyo cherche son indépendance au fond de l’eau

Le 28 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Important la quasi-totalité de son pétrole et de son gaz, le Japon doit, en permanence, sécuriser ses approvisionnements énergétiques. C’est la raison de son intérêt pour les hydrates de méthane. Composé d’eau et de méthane, cette structure cristalline se trouve dans le permafrost ou les sédiments des grands fonds marins.

 

Les gisements sont potentiellement considérables. A partir de données très fragmentaires, des chercheurs de l’US Geologic Survey ont estimé, au début des années 2000, que le stock mondial d’hydrates pourrait atteindre 10.000 milliards de tonnes de carbone (le carbone représente les 12/16e du poids total du gaz naturel), soit le double des réserves connues de pétrole, de gaz et de charbon.

 

Problème, les industriels ne savent pas encore exploiter cet hydrocarbure non conventionnel. Car c’est uniquement par grand froid et forte pression qu’il conserve sa structure de cristal de glace. Dès que la température ambiante s’élève ou que la pression diminue, le méthane se sépare de la glace et retourne à l’état gazeux, ce qui rend très difficile toute récupération.

 

Cela ne rebute pas les pétroliers nippons. Après avoir réussi une exploitation expérimentale en Alaska (dans le cadre du programme Mallik), ils entendent bien récidiver à plus grande échelle. Ce mardi 28 septembre, un consortium, composé d’institutions publiques et de la Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (Jogmec), a annoncé le démarrage prochain d’une campagne d’exploration au large des côtes japonaises, à une trentaine de kilomètres au large d’Osaka, dans la mer du Kumano. Les premiers forages devraient être réalisés d’ici le printemps prochain. En cas de succès, l’exploitation commerciale de cette glace qui brûle pourrait démarrer en 2018. Selon certaines études, les fonds japonais recèleraient suffisamment d’hydrates pour satisfaire la demande locale, pendant un siècle, au rythme actuel de consommation de gaz.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus