Todd Stern, le sphinx américain

Le 08 décembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg, envoyé spécial
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Todd Stern, patron des négociateurs US.
Todd Stern, patron des négociateurs US.
VLDT

On le reconnaît de loin. Depuis toutes ces années qu’il hante les sommets internationaux sur le climat, Todd Stern a su faire de sa haute et droite silhouette la proie des journalistes en mal de confidences et des négociateurs en quête de concessions. Toujours vêtu d’un costume sombre, mais égayé la plupart du temps par une cravate rouge, l’envoyé spécial du président américain pour le climat est un homme redoutable et redouté.

Nommé en janvier 2009 par l’ancienne secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, ce diplômé d’Harvard connaît, il est vrai, les sujets climatiques sur le bout des doigts. Avant de servir l’administration Obama, ce juriste de haut vol était membre de l’équipe US qui a négocié le protocole de Kyoto, dans l’ombre du vice-président Al Gore. Il passa ensuite par la case du Trésor, avant d’être renvoyé à ses chères études par les républicains.

Durant la longue parenthèse Bush, Todd Stern devient avocat, puis il œuvre, comme souvent à Washington, pour différents think tanks. Sans surprise, il phosphore sur la gouvernance climatique mondiale et les différents moyens de faire travailler ensemble pays développés, émergents et en développement.

D’une grande timidité, le diplomate sexagénaire peine à briser la glace. Un atout parfois dans les négociations. Lors de la COP 18 de Doha (2012), il détruit, sans ciller, tout espoir des délégués des pays de l’Oasis de voir un jour se créer un mécanisme opérationnel des pertes et dommages: «Je bloquerai ce système et je le taillerai en pièces», leur retourne-t-il froidement. Avec un succès qui ne s’est pas démenti jusqu’alors.

Sa réserve masque parfois une certaine empathie. Voilà près de deux ans que le négociateur américain prend, discrètement à domicile, des leçons de français. Certes, pour bien préparer la COP de Paris (laquelle se déroule principalement en anglais), mais aussi en souvenir des quelques semaines qu’il passa en France, adolescent, en compagnie d’un certain Serge Lepeltier, éphémère ministre français de l’environnement.

Proche de Xie Zhenhua, son alter ego chinois avec lequel il dîne régulièrement, Todd Stern est aussi l’un des principaux artisans du formidable rapprochement sino-américain sur la question climatique. Ce partenariat a donné naissance à plusieurs accords bilatéraux, ainsi qu’à l’INDC américaine. Il permet aussi aux deux super puissances de partager une vision à long terme. Un point crucial qui a dramatiquement fait défaut à la diplomatie danoise, lors de la COP 15 de Copenhague (2009).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus