Tihange 2 et Doel 3 ne passent pas l’hiver

Le 23 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
20% du parc belge manqueront à l'appel cet hiver.
20% du parc belge manqueront à l'appel cet hiver.

Coup dur pour Electrabel. La filiale électrique belge de GDF Suez ne pourra pas redémarrer les réacteurs Tihange 1 et Doel 3 avant la fin de l’hiver, au moins. Selon L’Echo, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) ne devrait pas examiner la question du redémarrage des deux tranches de 1055 mégawatts électriques avant la fin du mois de janvier 2013. Dans l’hypothèse où l’autorité de sûreté donnerait rapidement son feu vert à un redémarrage, celui-ci ne pourrait intervenir avant la fin du mois de février, le temps de recharger en combustible les deux unités.

La nouvelle n’est pas sans inquiéter les autorités outre-Quiévrain. Les deux réacteurs représentent, en effet, 20% du parc électrique belge. Un parc dont l’âge moyen (toutes technologies confondues) est supérieur à 30 ans. Ce qui accroît les risques d’arrêt pour des pannes ou des problèmes de maintenance.

Le royaume dispose, certes, de 3.500 MW d’interconnexions avec la France et l’Allemagne. Mais avec l’arrêt progressif de son parc nucléaire, l’Allemagne est devenue importatrice nette de courant. Ce qui réduit encore les marges de sécurité de la Belgique.

Les deux tranches ont été arrêtées à la fin du mois de juillet à la suite de la découverte, au cours d’un examen des cuves, de plusieurs milliers de pré-fissures dans l’acier.

Ces pré-fissures sont des défauts sous-revêtements, c'est-à-dire des fissures dans le métal de base de la cuve. Selon une note de l’AFCN, il s’agit de défauts «laminaires», parallèles à la surface de la paroi et, en tant que tels, «théoriquement pas dangereux, parce qu'ils ne sont normalement pas sujets à des tensions» [JDLE].



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus