Thon rouge: vers une interdiction partielle?

Le 19 janvier 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le président Nicolas Sarkozy devrait présenter ces jours-ci la position officielle de la France concernant l’interdiction du commerce du thon rouge, alors que les ONG sont partagées sur la stratégie à adopter.

La décision française initialement attendue lors d’une réunion interministérielle le 12 janvier a été reportée, tout comme la décision de la Commission européenne attendue pour le 13 janvier. Bruxelles hésite toujours à proposer aux 27 de soutenir une interdiction du commerce international, soit l’inscription du thon rouge sur l’annexe 1 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites). En septembre, une telle proposition s’est heurtée au refus de plusieurs pays, dont la France (1).

Le ministre de la pêche, Bruno Le Maire, a déclaré le 13 janvier qu'il était favorable à l’inscription non à l’annexe 1, qui interdit la vente hors des frontières du pays du bateau pêcheur, mais à l’annexe 2, une option permettant d’interdire selon lui «90% des exportations de l'Union européenne». Mais Corinne Lepage, eurodéputée (Modem, ALDE) et vice-présidente de la commission Environnement au Parlement européen, estime qu’une inscription à l'annexe 2 «aurait pour seul effet d'ouvrir des négociations interminables sur le niveau de commerce autorisé, alors qu'il est déjà bien trop tard pour tergiverser».

Alors que la majorité des ONG -dont Greenpeace et le WWF- exhortent la France et l’UE à soutenir l’inscription à l’annexe 1 (2), l’association Robin des bois plaide pour une inscription «plus réaliste et efficace» à l’annexe 2. Dans un communiqué du 14 janvier, l’ONG explique que «l’inscription du thon rouge à l’annexe 1 a peu de chance d’être acceptée». Et évoque le risque qu’une promesse d’interdiction «au bout de 18 mois à 2 ans» sous certaines conditions, soit «un marché de dupes qui permettrait aux uns d’afficher leur fermeté et de clamer victoire et aux pêcheurs de continuer…à pêcher le thon rouge». L’ONG est en revanche favorable à l’annexe 2 qui «encadre strictement le commerce international» et «aurait quelques chances d’être appliquée (…) sans condition dans un délai de 90 jours».

Pour le directeur du WWF-France, Serge Orru, qui s'exprimait aujourd'hui à l'occasion de ses voeux à la presse, Nicolas Sarkozy a «une responsabilité historique» estimant que son soutien à l'inscription à l'annexe 1 aurait une influence cruciale à l'échelle internationale.

(1) Dans le JDLE «Interdiction du thon rouge: désaccord des pays européens»
(2) Dans le JDLE «Les ONG exhortent la France à interdire le thon rouge»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus