Thon rouge: les halieutes réagissent à Doha

Le 01 avril 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le refus par la Cites d’inscrire, le 18 mars dernier, le thon rouge sur la liste des espèces non commercialisables a suscité l’ire des écologistes et la satisfaction des pêcheurs et des autorités japonaises (1).

Un acteur d’importance ne s’était pas encore exprimé sur la question: les halieutes. Ces spécialistes des stocks de poisson viennent de le faire. Dans une note publiée le 24 mars par Sylvestre Huet sur le blog Sciences de Libération, l’Association française des chercheurs en halieutique rappelle quelques fondamentaux.

D’abord, que l’espèce «en tant que telle n’est pas aujourd’hui menacée», contrairement «au tigre du Bengale». Les scientifiques recommandent cependant de mettre en œuvre «des mesures sérieuses de régulation de la pêche». Ensuite, l’association estime qu’«il est possible à moyen terme de concilier des objectifs de durabilité écologique et d’exploitation économiquement viable de cette ressource. Comme pour de nombreuses autres espèces, cela passe par une véritable reconstruction d’une ressource biologique gravement surexploitée.»

Reconstruction qui ne sera possible qu’au prix de limitation et de contrôle de l’effort de pêche. Pour ce faire, les chercheurs plaident pour un accroissement de leurs moyens d’observation et de recherche. Il n’est pas certain qu’ils soient entendus.

(1) Dans le JDLE «Thon rouge: échec à Doha sur l’interdiction du commerce international»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus