Thon et espadon à la sauce plastique

Le 27 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour la première fois, une étude italienne montre la contamination des espèces pélagiques courantes
Pour la première fois, une étude italienne montre la contamination des espèces pélagiques courantes

Publiée dans la revue Marine pollution bulletin, une étude révèle pour la première fois l’étendue de la contamination des grands poissons pélagiques par des débris plastique. Résultat: en Méditerranée, ces particules sont ingérées par au moins 1 poisson sur 6.

Réalisés par des chercheurs italiens de l’Institut supérieur de la protection et de la recherche sur l’environnement (Ispra) et de l’université de Sienne, ces travaux se basent sur des spécimen de trois grands prédateurs: l’espadon (Xiphias gladius), le thon rouge (Thunnus thynnus) et le thon albacore (Thunnus alalunga).

123 individus[1] ont été prélevés au centre de la mer Méditerranée en 2012 et 2013, et l’estomac de 18% d’entre eux contenait des débris plastique.

Ces résultats sont d’autant plus inquiétants que ces trois espèces se trouvent sur la liste rouge des espèces menacées de l’IUCN[2]. En effet, l’espadon est classé comme «préoccupation mineure», tandis que le thon rouge est considéré comme une «espèce en danger» et le thon albacore comme une espèce «quasi menacée».

L’autre inquiétude provient de la potentielle transmission des produits chimiques contenus dans ces débris plastique –des phtalates, nonylphénols, bisphénol A, retardateurs de flamme bromés- dans la chaîne alimentaire.



[1] 56 spécimens d’espadon, 36 de thon rouge et 31 de thon albacore

[2] Union internationale pour la conservation de la nature

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus