Thierry Burlot préside l’Office français de la biodiversité

Le 04 mars 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une nouvelle casquette pour le vice-président du conseil régional de Bretagne
Une nouvelle casquette pour le vice-président du conseil régional de Bretagne

Réuni pour la première fois le 3 mars, le conseil d’administration de l’OFB a élu pour président Thierry Burlot, président du comité de bassin Loire-Bretagne.

Une casquette supplémentaire pour le très dynamique et non moins chaleureux vice-président du conseil régional de Bretagne, en charge de l’environnement. L’élu socialiste des Côtes d’Armor, qui s’est mobilisé pour faire reconnaître les risques sanitaires liés aux algues vertes, préside aussi le comité de bassin Loire-Bretagne et le Cercle français de l’eau. En janvier, il avait aussi été élu à la présidence de l’agence bretonne de la biodiversité.

Politique générale, finances, aires protégées

Le conseil d’administration du nouvel établissement public dirigé par Pierre Dubreuil est chargé de la politique générale de l’établissement, de l’approbation du budget initial, du compte financier, des conventions, marchés, subventions et autres concours financiers.

Chaises musicales / Les organisations professionnelles agricoles et forestières héritent de 3 sièges, les associations de protection de l’environnement 3 sièges, la gestion des espaces naturels 2 sièges, les instances de chasse et de pêche 4 sièges.

Il est aussi consulté sur la création et la gestion des aires marines protégées et la mise en place des parcs naturels marins. Le CA a d’ailleurs donné son feu vert, le 3 mars, à la transformation du Parc naturel marin des Glorieuses en réserve naturelle nationale.

3 collèges nommés par le ministère de la transition

Composée de 43 membres, l’instance est divisée en 5 collèges, dont 3 ont été nommés par un arrêté du ministère de la transition écologique du 31 janvier 2020. Il s’agit du collège des représentants de l’Etat, établissements publics et personnalités qualifiées (16 membres), celui des représentants des activités économiques et des associations (14 membres, cf. encadré) et celui des représentants des comités de bassin et des élus locaux (6 membres). Enfin, les deux derniers collèges sont composés de parlementaires et de représentants du personnel.