Textile: la pression de Greenpeace porte ses fruits

Le 14 décembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'engagement de Levi's fera-t-il l'objet d'une nouvelle campagne de pub?
L'engagement de Levi's fera-t-il l'objet d'une nouvelle campagne de pub?

Greenpeace savoure sa victoire. Ses campagnes d’interpellation font bouger les géants du textile. Levi’s, qui a été montré du doigt pour la présence de substances toxiques dans des vêtements (voir JDLE) et pour les rejets polluants de deux usines mexicaines (voir JDLE), s’est en effet engagé, le 13 décembre, à corriger le tir.

Le numéro un mondial du jean a présenté une série de mesures visant à rendre plus propre sa production. A commencer par l’interdiction de tout rejet de substance chimique dangereuse sur l’ensemble de la chaîne de production d’ici 2020. Le hic, c’est que Levi’s avait déjà fait la même déclaration en… 2011. «A l’époque, le cadre n’était pas solide, il manquait des dates précises et des actions formulées très concrètement pour éliminer ces substances. C’était du greenwashing», reconnaît Martin Besieux, l’un des responsables de la campagne Detox de Greenpeace France.

Ce lobbyiste estime que le nouvel engagement va plus loin puisque la firme américaine va exiger de 15 de ses plus gros fournisseurs, dont la plupart des usines se trouvent en Chine et au Mexique, à rendre publiques leurs données sur toutes les substances chimiques utilisées d’ici juin 2013. Il est prévu que 25 autres fournisseurs suivent le même mouvement au deuxième semestre 2013.

Informer n’est pas forcément changer. Mais Martin Besieux estime que «cela va créer une dynamique. Si vous devez dire au public les produits toxiques que vous utilisez, vous allez devoir chercher une solution pour réduire la pollution», assure-t-il.

Levi’s promet aussi de supprimer en 2013 toute utilisation d’éthyloxates de nonylphénol (NPE), qui se dégradent dans l’eau en nonylphénol (considéré comme perturbateur endocrinien et classé comme substance dangereuse prioritaire par l’Union européenne), et d’ici fin 2015 de composés perfluorés (PFC). Le fabricant utilisera enfin des produits alternatifs non dangereux.

Levi’s devient la 11e grande marque à changer son process de fabrication suite aux interpellations de l’ONG. Puma, Nike, Adidas, H&M, Marks & Spencer, C&A et Li-Ning ont ouvert la voie.

Mais l’ONG ne relâche pas la pression. «Nous allons continuer à exposer les marques jusqu’à ce que leur utilisation de ces produits soit totalement supprimée», a déclaré Marietta Harjono, chargée de campagne sur les produits toxiques pour Greenpeace International.

http://levistrauss.com/sites/levistrauss.com/files/librarydocument/2012/12/levi-strauss-greenpeace-detox-solution-commitment-12-dec-2012.pdf

http://www.greenpeace.org/international/en/press/releases/Levis-bows-to-global-people-power-bans-toxic-fashion/



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus