- 

Tests automobiles: des résultats toujours pas concluants

Le 07 avril 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les résultats ne sont pas bons pour les NOx et mauvais pour le CO2.
Les résultats ne sont pas bons pour les NOx et mauvais pour le CO2.

Les tests se suivent et leurs résultats finissent par se ressembler. La commission technique, mise en place par la ministre de l’environnement, a produit un nouveau bilan des tests d’évaluation des émissions de voitures.

Lancé à l’automne dernier après la découverte du système de fraude de Volkswagen, ce programme vise à évaluer les émissions ‘réelles’ d’oxydes d’azote (NOx) et de gaz carbonique (CO2), en passant 100 véhicules au crible du laboratoire et d’essais routiers en conditions proches du réel.

Le bilan présenté ce jeudi 7 avril par la commission porte sur 52 véhicules (la moitié du panel prévu), dont 27 produits par les trois constructeurs français.

Les véhicules ont été soumis à trois types d’essais: deux sur bancs à rouleaux en laboratoires, un sur piste en reproduisant le cycle d’essai sur route.

Pas bon pour les NOx, mauvais pour le CO2

Pour le contrôle des NOx en laboratoire, le quart des véhicules présentent des résultats insatisfaisants. A noter que deux modèles produits par Volkswagen «dépassent largement l’écart jugé acceptable». Sur piste, c’est encore pire: «Une majorité de véhicules Euro 6 testés dépassent de plus de 5 fois leur limite d’émission (80 milligrammes au kilomètre), dont certains bien au-delà, et certains Euro 5 sont dans le même cas.» Sont particulièrement visés: les moteurs Euro 6 équipés des technologies EGR[1] et NOx Trap[2], dont les émissions d’oxydes d’azote comptent parmi les plus élevées.

Aucune amélioration à attendre du côté du CO2. Sur banc, la moitié des voitures dépassent de 12%, au moins, la valeur normative. En conditions réelles, les trois quarts des véhicules testés présentent des niveaux d’émission de 20% à 50% supérieurs à la déclaration faite par les constructeurs.

Renault a visiblement anticipé le passage du boulet ministériel. Dans un communiqué mis en ligne lundi 5 avril, le constructeur propose gratuitement à ses clients d’améliorer le fonctionnement des systèmes EGR et NOx Trap. Dès juillet, des modifications seront apportées sur les modèles diesel Euro6b; leur permettant de diviser par deux leurs émissions de NOx. Carlos Ghosn aurait pu y penser plus tôt. 



[1] L’EGR est un dispositif qui redirige une partie des gaz d’échappement dans le collecteur d’admission pour réduire les émissions d’oxydes d’azote.

[2] Le NOx Trap est un système de catalyse des oxydes d’azote.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus