Terres rares: les Etats-Unis se penchent sur le risque de pénurie

Le 16 décembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les Etats-Unis risquent d’être confrontés à des pénuries en terres rares, à moins de diversifier ses sources d’approvisionnement, indique un rapport du département américain à l’énergie (DOE) sur la stratégie des matériaux critiques, publié le 15 décembre.

Les terres rares sont notamment utilisées dans les énergies renouvelables mais aussi les high tech, le raffinage du pétrole, les moteurs et les applications militaires.

Le rapport a examiné en priorité le rôle des terres rares dans 4 technologies vertes (les turbines éoliennes, les cellules photovoltaïques, les véhicules électriques et l’éclairage efficace en énergie) car elles devraient se déployer fortement à l’échelle mondiale durant les 15 prochaines années, tirant la demande pour les métaux rares.

Sur les 14 éléments rares analysés, cinq[1] ont été identifiés comme les plus critiques en raison de leur rôle majeur pour les technologies vertes et le risque lié à une rupture d’approvisionnement.

Les Etats-Unis, comme d’autres pays, dont l’UE qui a publié un rapport sur ce sujet en juin [voir le JDLE], s’inquiètent d’un risque d’arrêt des exportations par la Chine qui détient 97% de la production mondiale de minerais de terres rares, et 37% des réserves connues, pour des raisons politiques ou économiques. La Chine a récemment déclaré qu’elle envisageait d’augmenter les taxes à l’exportation sur ces éléments, pour des raisons environnementales [voir le JDLE].

La publication du rapport coïncide d’ailleurs avec des discussions commerciales sino-américaines en cours à Washington, au cours desquelles les Américains devraient inciter les Chinois à lever les obstacles sur les terres rares, souligne Reuters.

Afin de gérer le risque de pénurie, le rapport préconise d’accroître l’extraction domestique et de travailler avec ses partenaires internationaux, dont l’Europe et le Japon. Les Etats-Unis possèdent 13% des réserves en terres rares. Molycorp est pour l’heure le seul producteur américain de terres rares. L’extraction des terres rares peut toutefois s’avérer très onéreuse et l’ouverture de nouvelles mines peut nécessiter de 2 à 10 ans.

Le recyclage et la réutilisation des éléments rares ainsi que le développement de technologies et de produits alternatifs permettraient aussi de réduire significativement la demande mondiale.

Le département de l’énergie a indiqué qu’il publierait une actualisation de sa stratégie, d’ici la fin de l’année prochaine.



[1] dysprosium, neodymium, terbium, europium et yttrium



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus