Terres rares : l’Europe se prend en main

Le 03 février 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans une communication du 2 février, la Commission européenne propose une série de mesures pour assurer un approvisionnement équitable et durable des matières premières sur les marchés mondiaux.

Si l'Union européenne est autosuffisante en matériaux de construction, plus particulièrement en agrégats, elle est très dépendante de l’extérieur pour ses approvisionnement en minéraux métalliques et en métaux « à haute technologie », tels le cobalt, le platine, les « terres rares » et le titane.

C’est pourquoi, en 2008, la Commission a lancé l'initiative « Matières premières » afin de sécuriser et d’améliorer l'accès de l'Union européenne à ces matières.

Face à la volatilité excessive des prix, la Commission reconnaît, le 2 février, la « corrélation forte entre les positions prises sur les marchés dérivés et les prix des matières premières elles-mêmes ». Cette position prend le contre-pied d’affirmations précédentes. Jusqu’à présent, l’exécutif communautaire affirmait ne pas avoir trouvé de preuves de l'influence de la spéculation sur les niveaux de prix des matières premières.

Avec la restriction annoncée des exportations chinoises de terres rares (dans le JDLE), l’Europe devait prendre position et penser à développer ses propres ressources.

Les actions proposées par Bruxelles portent sur l’amélioration de la régulation, le fonctionnement et la transparence des marchés de produits de base.

La communication liste 14 matières premières critiques, parmi lesquels des minéraux comme l'antimoine, le tungstène, l'indium, ou encore les terres rares, essentielles en haute technologie environnementale (véhicules électriques, photovoltaïque, éoliennes, etc.).

Ces minerais devront être mieux recyclés, afin qu’un marché secondaire, notamment de matières premières rares, puisse voir le jour. En outre, des stocks stratégiques pourraient être créés, sur le modèle des réserves d’hydrocarbures des pays de l’OCDE.

Afin de sécuriser son approvisionnement, l’Europe entend durcir sa politique commerciale. Elle n’hésitera pas à saisir l’OMC en cas d’atteinte aux règles du libre échange. L’UE va davantage compter sur ses ressources propres, au besoin en ouvrant des mines dans des zones naturelles. « L'exploitation des terres rares pourrait recommencer en Europe à partir de 2015 », a en effet déclaré Antonio Tajani, commissaire européen à l'Industrie.

Ce qui ne sera pas sans effets sur l’environnement, surtout si les recherches s’effectuent sur des zones classées Natura 2000.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus