Tensions autour du dragage de boues polluées en Bretagne

Le 21 janvier 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans un communiqué du 20 janvier, France nature environnement dénonce une pollution marine «délibérée» en Bretagne: l’immersion («clapage») en haute mer de boues de dragage polluées du port de La Trinité-sur-Mer (Morbihan).

Le Syndicat mixte des ports et bases nautiques du Morbihan a lancé mardi 19 janvier dans ce port la seconde tranche de travaux de dragage de boues polluées au tributylétain (TBT), produit toxique utilisé dans les peintures pour coques de navires. Ce produit a d’ailleurs été ajouté en novembre 2008 à la liste internationale des produits dangereux de la convention de Rotterdam, qui encadre leur commercialisation (1).

Ces boues devraient être «clapées» dans des hauts fonds proches d’aires marines protégées et du futur parc naturel marin du Mor Braz, prévu entre Quiberon et la presqu’île de Guérande.

FNE s’indigne de l’empressement avec lequel ces travaux sont réalisés, deux jours avant que le cabinet du ministre chargé de l’environnement Jean-Louis Borloo ne reçoive une délégation de FNE sur le sujet. L’affaire doit aussi être débattue demain par le Conseil général du Morbihan.

Le thème des rejets de sédiments de dragage pollués a été abordé durant le Grenelle de la mer (2). Le groupe consacré à ce sujet doit se réunir pour la première fois le 28 janvier prochain. 70 millions de tonnes de boues plus ou moins polluées draguées dans les ports et estuaires sont «clapés» tous les ans dans l’Atlantique.

(1) Dans le JDLE «Convention de Rotterdam: pas d’accord sur l’amiante chrysotile»
(2) Dans le JDLE «Grenelle de la Mer: vers une politique maritime intégrée»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus