Tempêtes: les macareux n’avaient aucune chance

Le 20 février 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de 10.000 macareux ont été victimes des tempêtes de ces dernières semaines.
Plus de 10.000 macareux ont été victimes des tempêtes de ces dernières semaines.
Frank Herrmann/LPO

Alors que la marée de tempêtes hivernales s’est éloignée, ses conséquences sur les oiseaux se font de plus en plus sentir. Selon un communiqué diffusé ce jeudi 20 février par la Ligue de protection des oiseaux (LPO), ce sont plus de 15.000 oiseaux marins qui se sont échoués sur la côte atlantique française. Un bilan qui pourrait n’être que provisoire. «En début de semaine, explique Nicolas Gendre de la LPO, nous avons recensés 10.000 oiseaux, dont 8.000 macareux. Ce week-end, il n’est pas impossible que ces nombres doublent.»

Les causes de cette hécatombe (la grande majorité des volatiles retrouvés sont morts) ne sont pas toutes connues. Mais une combinaison de facteurs pourrait expliquer cet échouage qui n’aurait pas de précédent (hors marée noire catastrophique) depuis… 1873.

Les macareux moines (Fratercula arctica) sont des oiseaux qui hibernent en mer, principalement dans le golfe de Gascogne. Les tempêtes leur ont considérablement compliqué la pêche. Affaiblis, les oiseaux devaient consacrer toujours plus d’énergie pour se nourrir. Une spirale fatale qui a probablement été accélérée par deux phénomènes.

D’une part des épaves, et peut-être des navires servis par des équipages de délinquants, ont relargué des hydrocarbures pendant le gros temps. Ces nappes de gazole ou de fioul lourd ont tué ou exténué nombre de macareux, de guillemot de Troïl (Uria aalge) et de pingouins torda (Alca torda). Last but not least, les macareux ont la fâcheuse habitude de muer en fin d’hiver. Pendant quelques jours, ils sont donc incapables de voler, de pêcher et d’échapper à la tempête.

Pour tenter de secourir les survivants, la LPO, Bretagne vivante et l’Union des centres de sauvegarde de la faune sauvage (UCSFS) lancent, ce week-end, un appel aux promeneurs pour récupérer les oiseaux survivants pour les amener au centre de l’UCSFS le plus proche de leur plage de prédilection.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus