Tempête Harvey: explosions dans une usine chimique

Le 31 août 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bilan humain (provisoire) de Harvey: 33 morts
Bilan humain (provisoire) de Harvey: 33 morts

C’était l’une des conséquences prévues, mais redoutées, de la tempête Harvey: deux explosions, accompagnées d’une fumée noire, sont survenues dans la nuit de mercredi 30 août à jeudi 31 août, dans une usine chimique de l’entreprise française Arkema, à Crosby (Texas).

Dès mardi soir, les 57 employés de l’usine, ainsi que la population résidant dans un rayon de 2,4 kilomètres, avaient été évacuées. En cause, l’usine chimique, sans aucune électricité, ne peut plus réfrigérer ses stocks de péroxydes organiques, conservés à -15°C.

Des substances instables

En se réchauffant, ces matériaux, notamment utilisés par l’industrie pharmaceutique et dans les matériaux de construction, se mettent à brûler. Après les deux premières explosions survenues jeudi matin, d’autres devraient survenir: dans un communiqué, Arkema, ancienne filiale de Total, indique que «ses produits sont stockés dans divers endroits du site et que les risques de nouvelles explosions persistent».

Contactée par le JDLE, une porte-parole d’Arkema indique que les explosions n'ont concerné qu’un seul camion conteneur. Sept autres conteneurs sont sur le point d’en faire autant. Des prélèvements de l’air ont été effectués suite aux premières explosions, mais les résultats ne sont pas encore connus, indique-t-elle.

Irritations et nausées

Sur son site, l’entreprise indique que les péroxydes organiques peuvent entraîner une irritation des yeux, de la peau et des voies respiratoires. Quant à leurs produits de combustion (hydrocarbures et alcools), ils peuvent aussi causer nausées, somnolences et vertiges.

Plusieurs hospitalisations seraient d’ailleurs survenues chez des personnes exposées à ces fumées, rapporte le quotidien Le Monde. Interrogée à ce sujet, la porte-parole d’Arkema avance qu’il s’agit de personnes n’ayant pas quitté la zone d’évacuation.

Faible probabilité de fuite dans les eaux

Au-delà des explosions, des flammes et de la fumée, Arkema évoque «une faible probabilité» que les péroxydes fuient dans l’eau, s’y dégradant rapidement en hydrocarbures et alcools. «Il est possible que vous perceviez comme une nappe d’huile ou que vous sentiez une légère odeur, mais nous prévoyons plutôt que les produits de dégradation se dissiperont dans l’eau ou s’évaporeront», avance Arkema. Selon sa porte-parole, l'usine de Crosby ne contenait pas d'autres produits que les péroxydes organiques

Survenu au Texas dans la nuit du 25 au 26 août, Harvey, qui se tourne désormais vers la Louisiane, a pour l’instant fait 33 morts et 32.000 sinistrés. L’industrie pétrolière américaine, dont Houston est la capitale, est aussi fortement touchée: selon un bilan du département de l’énergie publié mercredi 30 août, 102 des 737 plateformes pétrolières ont été évacuées, et 10 raffineries, équivalant à 16,6% de la capacité étatsunienne, ont été fermées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus