Tchernobyl: la justice jugera mercredi l’affaire du nuage

Le 06 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
 
La cour d'appel de Paris dira mercredi 7 septembre au matin si l'enquête ouverte en 2001 sur l'impact du nuage de Tchernobyl en France doit être close, comme le requiert le ministère public qui estime que les scientifiques n'ont mis en évidence aucune conséquence sanitaire mesurable.
 
L'enquête s'est concentrée sur les informations communiquées en termes de radioactivité sur l'Hexagone au moment du passage du nuage au printemps 1986, en particulier sur une minimisation des risques encourus.
 
Seul mis en examen pour «tromperie aggravée», en 2006, l'ancien patron du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI, aujourd’hui intégré dans l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) le Pr Pierre Pellerin est soupçonné d'avoir masqué l'ampleur de la radioactivité au passage du nuage de Tchernobyl au printemps 1986.
 
Cinq ans après sa mise en examen, Pierre Pellerin a demandé un non-lieu et le parquet, qui soutient sa demande, a requis un non-lieu général et une clôture de l'enquête lors de l'audience le 31 mars.
 
Selon le ministère public, les analyses scientifiques du dossier s'accordent pour établir que la catastrophe nucléaire de 1986 n'a pas eu de conséquence sanitaire mesurable en France, en particulier aucun lien n'a été fait avec des maladies de la thyroïde.
 
Parallèlement, dans l'attente de la décision de la cour d'appel, la juge chargée de l'enquête, Marie-Odile Bertella-Geffroy, a été priée d'interrompre ses investigations.
 
Les parties civiles regrettent que l'enquête ne puisse être menée à son terme, jugeant en outre qu'il manque peu d'éléments pour la clôturer.
 
«Mon optimisme n'est pas très grand» sur la poursuite de l'enquête, déclarait Me Bernard Fau, avocat de l'Association française des malades de la tyroïde, à l'issue de l'audience.
 
Un récent rapport d'experts, dévoilé cet été, a établi qu'une augmentation importante de la proportion des troubles de la thyroïde a été observée en Corse après l'accident de Tchernobyl.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus