Tchernoblaye demande une expertise sur la contamination d’un site du CEA

Le 25 avril 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’association antinucléaire bordelaise Tchernoblaye a demandé une «expertise indépendante» sur la contamination éventuelle d’un site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Saugnac-et-Muret, entre les Landes et la Gironde. Selon l’organisation, le site, où sont réalisés des tests de sécurité, a servi à des lâchers d’hexafluorure d’uranium, ce qui a pu entraîner de possibles contaminations du sol. Le président de l’association, Stéphane Lhomme, a rencontré mercredi le directeur du CEA-Cesta à Saugnac-et-Muret, en présence de maires des communes voisines pour discuter de cette question. Le CEA a accepté le principe d’une expertise indépendante. Il a admis que des lâchers d’hexafluorure d’uranium ont été effectivement réalisés entre 1984 et 1987 pour «analyser la diffusion des gaz. Bien sûr on a pris toutes les précautions et on avait toutes les autorisations»,a assuré le directeur du CEA-Cesta, Serge Durand. «Les mesures environnementales faites dans la terre montrent des traces d’uranium dix fois inférieures à celles qu’on a dans l’eau de mer»,a-t-il affirmé. Selon lui, «un organisme extérieur sera mandaté pour l’expertise dans le cadre de la commission d’information sur le Laser Mégajoule», un des dispositifs français de stimulation que des essais nucléaires ont construit au Barp, auquel Tchernoblaye est opposé.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus