Taxe carbone: les Français opposés, Sarkozy «assume»

Le 04 septembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
«Asseoir notre fiscalité sur la pollution mais pas sur le travail.» En visite hier à un équipementier automobile à Caligny (Orne), le président de la République Nicolas Sarkozy a déclaré assumer la taxe carbone, tout en étant favorable à ce que «les impôts diminuent en contrepartie». Il doit présider aujourd’hui à l’Elysée une réunion interministérielle sur le sujet (1).

Il a dénoncé «ceux qui disent qu'ils sont pour l'environnement mais n'ont pas le courage» de défendre la contribution climat-énergie (CCE).

Nicolas Sarkozy a rappelé son intention de défendre au niveau européen une taxe aux frontières sur les importations de pays pratiquant du dumping environnemental. Une idée qui est loin de faire l’unanimité au sein de l’Union européenne (2).

«Si la taxe carbone est effectivement inscrite dans le projet de loi de finances pour 2010, elle sera présentée le 23 septembre en Conseil des ministres», a rappelé hier la secrétaire d’Etat à l’écologie Chantal Jouanno, à l’occasion d’un déplacement à Sissonne (Aisne).

En attendant, les Français sont majoritairement contre le dispositif, selon deux sondages. Le premier, sondage TNS Sofres/Logica publié jeudi 3 septembre et réalisé pour Europe 1 auprès de 1.000 personnes, révèle que 66% des Français y sont «opposés» et ce quelle que soit leur couleur politique.

Ainsi, 67% des sympathisants de gauche, 63% de droite, 69% du Mouvement démocrate (MoDem) et 60% des Verts n’y sont pas favorables.

Selon ce même sondage, 73% des Français mettent en cause l’efficacité du dispositif. 63% d’entre eux jugent que «les particuliers font assez d’efforts pour consommer moins d’énergie» et plus de la moitié (56%) pensent que les entreprises n’en font pas assez.

Le second sondage CSA/UFC-Que Choisir, publié aujourd’hui, estime que les Français font montre d’une «très nette hostilité envers la taxe carbone». 74% d’entre eux y sont défavorables. Cette proportion tombe à 45% au cas où le produit de la taxe était entièrement redistribué sous forme d’un «chèque vert». 59% des sondés estiment que la CCE est injuste car pénalisant les personnes «captives» de leur automobile.

(1) Dans le JDLE: «Mauvais auspices pour la taxe carbone»
(2) Dans le JDLE «L’agenda environnemental de la Commission européenne»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus