Taxe carbone aux frontières: forte opposition des pays émergents

Le 27 mars 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'idée d'une taxe carbone aux frontières des pays engagés sur la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, relancée le 24 mars par le président Sarkozy et évoquée par les Américains, est dénoncée par les pays émergents, selon une dépêche AFP du jeudi 26 mars.

L’idée, déjà portée par la France lors des négociations sur le paquet Climat, devrait être au cœur des discussions d’ici la conférence de Copenhague en décembre où l’obtention d’un accord post-Kyoto est attendue. Une telle taxe carbone viserait à éviter un désavantage concurrentiel vis-à-vis des pays tels que l'Inde ou la Chine, ainsi que les «fuites carbone» (1). L’hypothèse, évoquée la semaine dernière aux Etats-Unis par le secrétaire à l'énergie, fait suite à la prise de position du président Obama en faveur d'un marché de quotas d’émissions. Elle a été reprise mardi soir par le chef de l'Etat français qui a jugé «normal» que les pays «qui ne respectent aucune des règles environnementales que nous imposons à nos entreprises» paient une taxe carbone. «C'est une des réponses possibles (...) dans l'hypothèse où il n'y aurait pas d'accord international à Copenhague», a précisé à l’AFP Jean-Louis Borloo, ministre de l'environnement. Mais l'idée provoque la colère des grands pays émergents qui dénoncent une forme de protectionnisme. Certains acteurs redoutent les conséquences négatives sur les négociations en cours. «Cela pourrait avoir un sens si c'était négocié, discuté avec les pays en développement, et non pas brandi comme une menace», juge Damien Demailly du WWF France.

(1) Dans le JDLE «Fuites de carbone: risque avéré ou peur attisée?»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus