Tarification progressive d’électricité: l’expérience wallonne

Le 04 septembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gare aux surconsommations.
Gare aux surconsommations.
VLDT

L’idée de faire davantage payer l’électricité aux gros consommateurs n’est pas l’apanage du député François Brottes (avec les conséquences législatives que l’on sait).

Un cadeau de 500 kWh

Au début de l’année, la Wallonie a annoncé son intention d’imposer une «tarification progressive et solidaire» de l’électricité. Porté par le ministre écolo de l’énergie, Jean-Yves Nollet, ce projet consistait, d’une part à «offrir» 500 kilowattheures par an aux ménages modestes consommant peu (baissant de 18% le montant moyen de leur facture), et d’autre part à augmenter les tarifs au-delà d’une demande annuelle de 5.000 kWh.

Les ménages ayant fait installer une pompe à chaleur performante ou se chauffant à l’électricité se voyant appliquer des modes de calcul spécifiques.

La moitié des Wallons paieront

À l’époque, le gouvernement francophone estimait que le montant de la facture baisserait pour près de 80% des Wallons et coûterait, aux gros consommateurs, entre 160 et 200 millions d’euros par an. Soit une augmentation de 9 € par an, voire 50 € au-delà de 7.200 kWh/an. Acceptable, mais très optimiste.

Selon L’Echo du 4 septembre, la facture devrait, en fait, s’alourdir au-delà de 3.900 kWh/an et non 5.000. Résultat: près de la moitié des Wallons, estime le quotidien belge des affaires, verra sa facture d’électricité augmenter et à un rythme deux fois plus rapide que prévu initialement. L’annonce est d’autant plus douloureuse que Jean-Yves Nollet doit précisément déposer son projet de loi le 5 septembre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus