Système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux : publication d'un rapport

Le 24 juillet 2014 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 17/07/2014 par Anne Rambaud

 


Politique et Institutions > Politique
 
Dans un communiqué du 13 juin 2014, la Commission européenne a dressé un bilan positif du système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF), à l'occasion de la publication du rapport de 2013 sur le RASFF.
Le RASFF a été instauré il y a 35 ans dans le but de concourir à la sécurité des denrées alimentaires.
 
Le rapport de 2013 sur le RASFF montre que ce système joue aussi un rôle essentiel dans l'établissement de l'origine des produits et leur retrait du marché lorsque des fraudes sont constatées.
A titre d'exemple, au cours de l'année 2013, 3205 notifications initiales ont été transmises via le RASFF selon la répartition suivante : 
- 84,6 % pour des denrées alimentaires ;
- 8,5 % pour des aliments pour animaux ;
- 6,9 % pour des matériaux destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires.
Ces notifications initiales ont donné lieu à 5 158 notifications complémentaires qui peuvent aboutir à une variété de mesures : rappel, retrait, saisie ou destruction des produits alimentaires. 
Le rapport souligne que globalement, le nombre de notifications transmises via le RASFF en 2013 a diminué de 9% par rapport à 2012.
 
Les principaux problèmes signalés concernaient :
- l'apparition de foyers de toxi?infection alimentaire dus à la contamination de fraises et de mélanges de fruits rouges par le virus de l'hépatite A ;
- les effets indésirables de compléments alimentaires contenant des ingrédients potentiellement dangereux ;
- la contamination de viandes par des E. coli producteurs de shigatoxines (STEC) ;
- la présence de résidus de pesticides sur des produits végétaux.
 
La Commission souligne ensuite le rôle important du RASFF lors du scandale de la viande de cheval. En effet, elle rappelle que ce système a facilité l'échange rapide de toutes les informations relatives aux denrées frelatées, permettant ainsi aux Etats membres d'accélérer leurs enquêtes dès le premier semestre 2013, et de dresser un tableau plus complet de la situation afin d’identifier l'origine de la fraude.
 
Sur le modèle du RASFF, la Commission étudie actuellement la mise en œuvre d'un système informatique contre les fraudes alimentaires qui appuiera le travail du nouveau réseau européen contre la fraude alimentaire. Ce système informatique constituera une plateforme de coopération administrative transfrontière permettant aux autorités nationales d'échanger rapidement des informations sur toute activité trompeuse ou frauduleuse commise dans le secteur alimentaire.
 
Pour information, les membres du RASFF sont les 28 Etats membres de l'Union européenne, la Commission, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l'ASA, la Norvège, le Liechtenstein, l'Islande et la Suisse.
 
Sources : Communiqué de presse de la Commission européenne, "Sécurité des denrées alimentaires: 35 ans au service de la protection de la santé humaine et animale" du 13 juin 2014
 
 
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus