Surveillance des eaux de baignade: l’exemple de Toulon

Le 23 juillet 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les maires des communes de l’agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM) ont la possibilité de faire appel aux tests biologiques de Veolia eau pour prendre la décision de fermer ou de laisser ouvertes leurs plages.

Saint Mandrier, Six-Fours, Hyères… Huit communes du bord de mer expérimentent un système d'aide à la décision dans le domaine de la qualité des eaux de baignade. Le but: faire en sorte que les maires puissent rapidement prendre la décision de fermer ou de laisser ouverte une plage de leur commune en cas de suspicion de pollution. «Les élus de TPM doivent parfois fermer des plages car il faut 24 à 48 heures avant de savoir s'il y a vraiment pollution à partir des contrôles réalisés par la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass)», explique Gilles Vincent, maire de Saint Mandrier et président de la commission environnement de TPM.

Avec Veolia eau, leur gestionnaire de l'eau et de l'assainissement, les communes de TPM ont engagé une démarche consistant à établir le profil de vulnérabilité (1) de 59 sites de baignade durant l'été 2007. A Hyères, une phase d'expérimentation en 2006 a permis de déterminer des éléments ayant un impact sur la qualité des eaux de baignade, tels que la proximité d'un camping ou d'un marché, les courants liés au mistral et les épisodes de fortes pluies. «Un profil de vulnérabilité permet d'optimiser le positionnement des points de prélèvement pour devenir de plus en plus pointu dans la surveillance», précise Patrick Philip, président du comité scientifique du contrat de Baie de la rade de Toulon, initiative visant à restaurer la qualité du milieu marin. La directive européenne Eaux de baignade de 2006 (2), qui doit être mise en oeuvre au plus tard au début 2008, impose aux Etats membres d'établir le profil d'ici 2011.

Autre aspect de la démarche des communes : commander des analyses d'eaux de baignade à Veolia eau lorsqu'une pollution est suspectée. Le test Coliplage permet d'obtenir rapidement la concentration en bactéries intestinales Escherichia Coli. «Il ne remplace pas pour autant les analyses de la Ddass», souligne Gilles Vincent, ajoutant que «si le prélèvement d'échantillon d'eau est fait à 7 heures du matin, on peut avoir un élément de décision à 9h30».

Le budget, de 30.000 euros pour la phase d'expérimentation de 2006, sera multiplié par 5 cette année. Un bilan en fin de campagne permettra de décider si une  troisième année d'expérimentation est nécessaire ou si un programme pluriannuel peut être mis en place à partir de 2008. Au final, l'écart-type du niveau de qualité est calculé sur trois ans pour classer les eaux de baignade conformément à la directive européenne. «Cela va pénaliser les communes dont les résultats sont réguliers mais qui ont soudain des épisodes de fortes pluies», remarque Marie-Christine Huau, déléguée au développement des collectivités publiques chez Veolia Eau. Les eaux de baignade européennes doivent être au moins au niveau «suffisant» d'ici 2015. «Pour les collectivités qui ont déjà pris des dispositions, l'objectif sera atteint, mais le paradoxe, c'est que les collectivités qui ne font rien sont classées ‘bonnes'. Pourtant, ne rien faire maintenant, c'est ne pas être capable d'agir demain», a indiqué Bruno Tisserand, directeur adjoint de Veolia eau en charge des collectivités publiques.

(1) Profil de vulnérabilité: diagnostic de l'état d'un site de baignade et de sa sensibilité aux divers phénomènes extérieurs

(2) Directive 2006/7/CE du Parlement européen et du Conseil, du 15 février 2006, concernant la gestion de la qualité des eaux de baignade et abrogeant la directive 76/160/CEE




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus