Surpoids infantile: une large avance pour la Grèce

Le 02 mai 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'obésité, un autre sujet problèmatique pour la Grèce
L'obésité, un autre sujet problèmatique pour la Grèce

C’est en Grèce que les enfants souffrent le plus de surpoids et d’obésité, avec des taux environ deux fois plus élevés que la moyenne européenne, selon une étude (http://www.plosone.org/article/fetchObjectAttachment.action?uri=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0034742&representation=PDF) publiée dans la revue PLoS ONE.

Trop de boissons sucrées, oubli du petit-déjeuner, manque d’activité physique, temps excessif passé devant un écran, manque de sommeil… autant de mauvaises habitudes qui favorisent le surpoids chez l’enfant. Et qui semblent plus ancrées dans certains pays que dans d’autres, révèlent les travaux menés par Johannes Brug, du Centre médico-universitaire VU (Amsterdam), et ses collègues.

Intitulée Projet Energy (European Energy balance Research to prevent excessive weight Gain among Youth), cette étude a porté sur 7.234 enfants de 10-12 ans de 7 pays européens [1], auxquels les chercheurs ont adressé, ainsi qu’à leurs parents, un questionnaire sur leur mode de vie.

Premier constat: l’Europe méridionale et centrale est plus touchée que le nord et l’est, avec un record en Grèce, dont 44,4% des garçons sont en surpoids contre 25,8% au niveau européen. Idem pour l’obésité, qui touche 9,7% des fillettes grecques, contre 4,1% des européennes.

Sur plusieurs critères, la Grèce se situe au bas de l’échelle: les garçons y font seulement 190 minutes de sport par semaine (310 minutes en Norvège), dorment 8,7 heures par nuit (9,6 heures en Belgique) et prennent 5,4 petits-déjeuners par semaine en moyenne (6,6 en Espagne).

La Grèce se classe en revanche plutôt bien en termes de boissons sucrées (sodas et jus de fruits), moins consommées qu’aux Pays-Bas et en Hongrie, où les enfants en boivent plus d’un litre par jour en moyenne.

Seul facteur relativement constant au niveau européen: le temps passé chaque jour devant un écran de télévision ou d’ordinateur, qui oscille entre 2 heures et 2h30. Autres éléments communs aux 7 pays: le surpoids, plus fréquent chez les garçons que chez les filles, frappe d’abord les classes défavorisées.

Selon les derniers résultats de l’Institut de veille sanitaire (InVS) (voir le JDLE (http://www.journaldelenvironnement.net/article/obesite-infantile-de-fortes-disparites-regionales,25074)) [2], 12,1% des enfants français sont en surpoids et 3% sont obèses, des taux plus élevés dans le nord-est et dans les DOM-TOM.

[1] Ces 7 pays sont la Belgique, l’Espagne, la Grèce, la Hongrie, la Norvège, les Pays-Bas et la Slovénie. Les chercheurs n’ont pu inclure d’autres pays «en raison de contraintes budgétaires», indiquent-ils.

[2] Ces résultats français ne peuvent être directement comparés à ceux cités ci-dessus: la méthode d’analyse n’est pas la même et les enfants étudiés ne sont pas du même âge.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus