Sulfater n’est pas bon pour le climat

Le 08 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Pour contrebalancer les effets des changements climatiques, certains scientifiques ont de grandes idées. Depuis une dizaine d’années, ils sont de plus en plus nombreux à préconiser l’injection, dans les moyennes couches de l’atmosphère, de particules de sulfates. Ces aérosols, estiment les partisans de la géo-ingénierie, auraient la capacité de renvoyer vers l’espace une partie de l’énergie solaire, faisant du même coup chuter le mercure du thermomètre planétaire.

 

Voilà pour la théorie. Car , dans la pratique, les choses pourraient se dérouler autrement. Selon une étude réalisée par une équipe menée par Katharine Ricke (université Carnegie Mellon de Pittsburgh), sulfater l’atmosphère ne serait pas un long fleuve tranquille. La chercheuse a modélisé 54 scénarios de « gestion de radiation solaire » (SRM selon le jargon scientifique américain) sur la période 2000-2080. Le principe étant qu’en 2080, la température moyenne globale tourne entre 14,6°C et 15,7°C.

 

Dans l’absolu, le système s’avère efficace. Il serait en mesure d’éviter un réchauffement d’environ 2,5°C sur la période. Mais là s’arrête le bénéfice. Dans l’article publié dans Nature Geoscience, Katharine Ricke et ses confrères estiment qu’une atmosphère riche en sulfates produirait moins de précipitations qu’un air moins chargé en soufre. Tout aussi inquiétant, les effets du sulfatage seraient très variables d’une région à l’autre. Et ces variations pourraient évoluer dans le temps.

 

En clair, si l’on commençait à saupoudrer la terre de particules miroitantes, l’Inde et la Chine pourraient retrouver leur climat d’avant l’ère industrielle d’ici 2020. Mais la situation risquerait fortement de se dégrader d’ici 2070 pour l’un des géants asiatiques. Ce qui ne manquerait pas d’attiser les tensions existant entre les deux pays.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus