Suez en ordre de bataille

Le 10 août 2005 par Philippe Rodrigues pour Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En annonçant en plein été le lancement d’une offre publique mixte sur l’actionnariat minoritaire d’Electrabel, Suez a créé une mini-surprise. Certes, l’opération était attendue mais de nombreux analystes ne tablaient pas sur une décision avant 2007, date où le marché énergétique sera totalement ouvert à la concurrence en Europe. Face à la hausse des cours de l’action depuis un an, les dirigeants du groupe ont estimé que le moment était venu. Cette opération simplificatrice des structures a été très bien accueillie par les investisseurs.

L'offre mixte de Suez de 11,2 milliards d'euros sur les 49,9% d'Electrabel que le groupe ne possède pas encore représente une prime de 14,8% calculée sur la base des cours de clôture au 22 juillet (1). Le début de l'opération est programmé pour la mi-septembre pour une clôture mi-octobre. Si cette opération est « logique et réalisée au bon moment », selon les termes de Suez, Eric Knight estime y être pour beaucoup. « Je suis convaincu que

si nous n'avions pas haussé le ton, nous serions toujours dans la même situation dans trois ou quatre ans », a déclaré au Financial Timesle propriétaire du fonds d'investissement Knight Vinke, actionnaire de Suez et Electrabel.

Gérard Mestrallet a, de son côté, nié avoir répondu à des pressions. Le président de Suez estime que cette nouvelle étape est cohérente avec la stratégie du groupe, l'intégration des deux structures ayant comme objectifs de renforcer la taille critique et de faciliter les partenariats et le potentiel de développement. Elle intervient à peine le programme de recentrage des activités finalisé. Le calendrier de l'opération a aussi peut-être été arrêté après l'analyse de l'évolution des cours des deux sociétés. Alors qu'en un an, l'action d'Electrabel a gagné 56% et 27%depuis le 1er janvier, celle de Suez évolue moins vite. Selon des observateurs, Suez a voulu éviter que le différentiel ne se creuse trop. Bien accueillie par la Bourse, l'opération est vue d'un autre oeil en Belgique. Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, a ainsi tenu à préciser qu'Electrabel doit former avec sa maison- mère « un groupe bi-national ». Une réaction dans la droite ligne de l'épisode Danone/PepsiCo en juillet. Car Electrabel est un groupe hautement « stratégique »pour la Belgique et « l'électricité est certainement plus stratégique que les yaourts », a indiqué Jean-Claude Marcourt au FT. Quant aux communes belges qui possèdent 4,65% des actions d'Electrabel, elles ont choisi pour le moment le mutisme. Pour Suez, les réticences belges n'ont pas lieu d'être : l'opération va « permettre de créer un puissant leader européen franco-belge dans l'énergie et l'environnement. La complémentarité des deux sociétés permettra de consolider l'expansion déjà entamée hors de Belgique dans le domaine de l'énergie ». Gérard Mestrallet prône ainsi le statut d'entreprise européenne, afin de consolider le groupe parmi les 5 leadersénergétiques européens.

En 2004, Electrabel a pour la première fois vendu plus de la moitié de son électricité hors de Belgique. Une tendance qui va s'accroître, d'ici à 2009, la société se fixant comme objectifs un accroissement de 45%de ses ventes et de 75%de ses capacités de production hors de son marché domestique. En France, Suez a de fortes ambitions. Il a ainsi décidé de réévaluer à la hausse son objectif sur le marché de l'électricité. Le groupe vise désormais 15% contre 10% auparavant, sans toutefois préciser la date pour réaliser cet objectif. Sur les 7 milliards d'euros d'investissement entre 2004 et 2007, un milliard sera consacré à l'Hexagone. Le groupe a également l'ambition de devenir un opérateur de réacteurs nucléaires de type EPR, une stratégie qu'il veut concrétiser à partir de 2015. Rappelons qu'il étudie la participation à des projets EPR en Europe dont celui de Flamanville. Dans le domaine du gaz, l'objectif du groupe dans l'Hexagone est d'avoir 5 % du marché.



(1) Dernier cours non affecté par les mouvements récents des cours et des volumes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus