Stéphane Le Foll veut mettre un terme aux épandages aériens de pesticides

Le 23 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Stéphane Le Foll s'est exprimé ce 23 juillet sur France Inter
Stéphane Le Foll s'est exprimé ce 23 juillet sur France Inter

Interrogé sur les ondes de France Inter, le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll déclare aujourd’hui 23 juillet vouloir que les agriculteurs n'aient plus recours à l'épandage aérien de pesticides. Cette pratique est interdite mais soumise à des dérogations.

«L'objectif, c'est de ne plus avoir recours à l'épandage du tout. C'est en train de progresser. Les dérogations, il y en a de moins en moins. Mais moi, je veux à terme qu'il n'y en ait plus du tout», a déclaré ce matin le ministre de l’agriculture.

Une circulaire adressée le 5 mars aux directions régionales de l'agriculture et aux services vétérinaires par le ministère de l'agriculture du gouvernement Fillon donnait une liste de produits «autorisés ou en cours d'évaluation» pour les cultures de banane, de riz, de maïs et de vigne (voir JDLE).

«Ces dérogations sont utilisées aujourd'hui de manière différente selon les départements», souligne Stéphane Le Foll, ajoutant qu'il va dans un premier temps «mettre des critères beaucoup plus transparents et qui s'appliquent de la même manière partout».

Interrogé par une auditrice sur les OGM, le ministre évoque deux types d’OGM, ceux qui sont résistants aux herbicides et ceux qui produisent eux-mêmes des pesticides. Pour ces deux types d’OGM, Stéphane Le Foll affirme qu’il ne souhaite pas «ce type d’essai en plein champs, uniquement en milieu confiné».

Evoquant une loi sur l’agriculture, il rappelle la réforme de la politique agricole commune (PAC): «Il faut d’abord réussir la négociation de la réforme de la PAC».

Quant au verdissement des aides directes à l’hectare (premier pilier de la PAC), «j’y suis favorable, a déclaré le ministre, qui a ajouté qu’il faudra préciser son application».

Le ministre s’était déclaré en juin contre le verdissement du deuxième pilier de la PAC, consacré au développement rural qui contient toutes les mesures agroenvironnementales. Il a rappelé ce matin que le premier et le deuxième  pilier doivent être négociés en même temps.

Enfin en ce qui concerne la concertation sur la réforme de la PAC, un comité de suivi sera installé, dont la première réunion est programmée le 7 septembre 2012. Il sera composé des membres du Conseil supérieur d’orientation de l’agriculture (CSO), élargi aux représentants des régions.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus