SOS éolien en danger

Le 28 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mauvais chiffres pour l'éolien français au 1er semestre 2012
Mauvais chiffres pour l'éolien français au 1er semestre 2012

Les professionnels de la filière éolienne française, regroupés au sein du Syndicat des énergies renouvelables (SER), estiment que la filière est en danger et en appellent au pouvoir public pour la sauver.

Il faut dire que les chiffres, publiés la semaine dernière par le ministère de l’écologie  (http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Chiffres_et_statistiques/2012/Chiffres%20et%20stats%20322%20Eolien%20photovol%202012T1%20-%20juin%202012.pdf) montrent clairement un ralentissement inquiétant du nombre de parcs éoliens raccordés au réseau électrique. En effet, seuls 215 mégawatts éoliens ont été mis en service durant le premier semestre 2012, une donnée qui confirme le constat fait sur le terrain par les gens du secteur.

Ce chiffre est inférieur à celui de 2011, qui fut également une année très décevante avec seulement 875 MW raccordés: 340 MW avaient été mis en service durant les 6 premiers mois de l’année 2011, soit près de 100 MW de plus que durant ce dernier semestre. Les professionnels rappellent que «pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement fixés à l’énergie éolienne –19.000 MW terrestres en 2020- ce sont près de 1.400 MW annuels qu’il faudrait raccorder».

Dans un communiqué publié aujourd’hui 28 août, les professionnels de l’éolien listent les causes des blocages: sans surprise, la multiplication des démarches administratives nécessaires au dépôt des projets qui ralentit le nombre de projets, les recours contre les parcs et les zones de développement de l’éolien (ZDE). En 2011, 42% de projets de parcs étaient attaqués devant la justice administrative contre 35% en 2009.

Mais ils observent également sur le terrain des délais de raccordement à rallonge «du fait du manque de capacité d’accueil des réseaux électriques». Enfin, ils évoquent les difficultés de financement, liées à la crise économique.

«L’incertitude qui pèse, depuis plusieurs mois, sur l’avenir du tarif d’achat de l’électricité d’origine éolienne, va encore aggraver la situation: le volume des MW éoliens raccordés pour les deux derniers trimestres 2012 risque de diminuer encore. Cette incertitude affecte l’ensemble de la chaîne de valeur et compromet, d’ores et déjà, des milliers d’emplois», affirme le communiqué du SER.

«Face à cette situation très préoccupante, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de prendre des mesures d’urgence visant à alléger le cadre réglementaire, réduire les contraintes qui pèsent sur les infrastructures de réseau et à sécuriser le cadre économique. Il est également important que des décisions soient prises pour empêcher les dérives liées aux possibilités de recours abusifs des tiers. Les professionnels recommandent l’adoption d’un dispositif tel que celui proposé par le sénateur Roland Courteau, dans sa proposition de loi déposée le 5 juillet dernier (voir JDLE)», explique Jean-Louis Bal, le président du SER, avant de compléter «l’accomplissement de l’objectif des 23% d’énergies renouvelables en 2020, voté à la quasi-unanimité par le Parlement en 2009, ne pourra être atteint sans l’éolien terrestre qui doit représenter 10% de notre bouquet électrique à cette échéance contre moins de 2,5% aujourd’hui».

Ironie du sort, Jean-Louis Bal était l’un des intervenants de la conférence des ambassadeurs. Son discours: comment vendre l’éolien français. Tout un programme!

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus