Sortie US de l’accord de Paris: quels effets sur le climat?

Le 02 juin 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les émissions US devraient augmenter de 17%.
Les émissions US devraient augmenter de 17%.
Climate Action Tracker

Donald Trump va non seulement accroître les émissions américaines mais réduire les possibilités de stabiliser le réchauffement à 2°C.

Le slogan de Donald Trump est connu: «Make America Great Again». Véritable tendance sur les réseaux sociaux, le #MAGA pourrait toutefois laisser la place à #MAGE: «Make America a Great Emitter».

Nul n’est devin en son pays. Aussi peut-on admettre que ce président, qui se vante pourtant d’être le lauréat de tant de prix de défense de l’environnement (de son golf, semble-t-il), n’a pas encore établi le bilan climatique de sa décision de retirer les Etats-Unis de l’Accord de Paris.

Consensuel. Donald Trump et ses amis négationnistes du réchauffement dénoncent des désaccords au sein de la communauté climatologique. Un argument à nuancer fortement. En 2016, le climatologue John Cook (université du Queensland) évalue la proportion d’articles de climatologues cohérents avec les conclusions du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec). Verdict: 97% des papiers publiés dans des revues à comité de lecture sont sur la longueur d’onde de l’institution onusienne. Un résultat cohérent avec 6 autres études. James Powell (National Physical Science Consortium) a refait le match. En compilant 5 études, lesquelles évaluent les résultats de 54.195 articles scientifiques, il estime à 99,94% le niveau de consensus scientifique sur les causes du réchauffement climatique.

Impact évalué

Qu’à cela ne tienne, Climate Analytics, Ecofys et le New Climate Institute l’ont fait pour lui. Dans une note publiée le 15 mai, ces experts-comptables du carbone évaluent l’impact climatique de la nouvelle politique énergétique mise en œuvre par l’administration Trump: suppression de la réglementation plafonnant les émissions de CO2 du secteur électrique (CPP), abandon des futures normes d’émission des véhicules et suppression des standards limitant les fuite de gaz naturel, puissant gaz à effet de serre (GES).

Horizon 2030

A l’horizon 2030, le résultat est sans appel. A cette échéance, les Etats-Unis rejetteraient 6,8 milliards de tonnes équivalent CO2 par an, contre 5,8 milliards en 2015: un bond de 17% en 15 ans! Pas si mal. Selon l’accord conclu, en novembre 2014, avec la Chine, Washington reste toujours engagé à réduire de 26 à 28% ses émissions de GES entre 2005 et 2025.

Bref, en sortant de l’Accord de Paris, Donald Trump inverse une tendance carbonique baissière des Etats-Unis. Il diminue surtout les chances données à la communauté internationale d’atteindre l’objectif collectif fixé par l’accord: stabiliser le réchauffement à 2°C, voire 1,5 °C d’ici la fin du siècle.

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus