Sortie du nucléaire : le devis de l’institut Montaigne

Le 13 mars 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A peine construit, l'EPR de Flamanville devra être démantelé.
A peine construit, l'EPR de Flamanville devra être démantelé.
VLDT

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon proposent d’arrêter l’atome. L’institut Montaigne tente d’évaluer le coût de la mesure.

 

L’argent ne fait pas le bonheur. Mais il fait les programmes électoraux. Tel est l’un des angles adoptés par l’institut Montaigne pour évaluer les propositions des principaux impétrants à la magistrature suprême.

Depuis le début de la campagne électorale, le club de réflexion créé par Claude Bébéar chiffre les différents projets: une autre façon de faire son choix. Dernier épisode de la série: la sortie du nucléaire, prônée par Benoît Hamon (PS) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise).

pas de devis

Première remarque: aucun des deux candidats ne présente le moindre devis. Les experts libéraux se sont donc mis au travail. Le sujet étant des plus complexe et assez hasardeux, ils retiennent certaines hypothèses du rapport rédigé, en 2014, par les députés Hervé Mariton (LR) et Marc Goua (PS).

En gros, l’impact économique, direct et indirect de la fermeture anticipée d’une centrale nucléaire, comparable à celle de Fessenheim[1], est de 5 milliards d’euros. C’est aller un peu vite en besogne: les deux parlementaires avaient présenté une batterie de scenarii, chiffrés entre 650 M€ et 5 milliards. L’institut Montaigne marque une préférence pour le plus cher. Sans expliciter son choix.

Quid du démantèlement ?

Aucun chiffre précis sur le coût du démantèlement. Il est vrai qu’en la matière, personne n’est d’accord. En 2012, la Cour des comptes l’avait estimé à 22 milliards. Plus récemment, l’ardoise a été portée à 75 milliards (sur un siècle) par l’assemblée nationale.

Coût environnemental

Pas de chiffrage non plus du «coût environnemental» de la dénucléarisation. Mais la certitude que la sortie du nucléaire se traduira «par une augmentation à court terme des émissions de gaz à effet de serre, comme l’a montré le cas de l’Allemagne». Les deux bouquets énergétiques étant totalement comparables, c’est bien connu.

Transport sans distribution

Se voulant précis, pour une fois, l’institut Montaigne estime entre 8 et 11 milliards le montant annuel de l’addition de la construction de centrales de production d’électricité utilisant les énergies renouvelables. à cela, il faut ajouter 700 millions annuels à la modernisation du réseau de transport d’électricité. Pas un mot, en revanche, sur l’adaptation du réseau de distribution, qui accueille pourtant la plupart des installations photovoltaïques.

EDF devra être indemnisé, rappellent les analystes libéraux. Lesquels reprennent les 500 millions prévus pour compenser la fermeture (encore hypothétique) des deux réacteurs de Fessenheim comme base de travail.

Danger pour la sûreté

Autre effet indésirable de l’arrêt de l’atome: la dégradation de l’attractivité du secteur pour les jeunes diplômés. Avec comme corollaire: la diminution de «la sûreté des installations à moyen et long terme.» La fin du nucléaire rendrait donc le nucléaire plus dangereux. Inattendu !

On l’aura compris, le devis de la fin accélérée de l’électronucléaire est important. L’institut Montaigne la chiffre à 10,1 Md€ par an d’ici à 2025pour atteindre ensuite 13,6 Md€/an entre 2026 et 2035. Le montant total de l’addition étant évalué à 217 Md€. Un chiffre qu’il faudra réévaluer : en le garnissant, notamment, des coûts du démantèlement et de la gestion des déchets produits par cette déconstruction.

Ce dernier volet étant tributaire de la réutilisation (ou non) des millions de tonnes de gravats et de ferrailles issues de la destruction des 58 réacteurs. Autre grande inconnue : le coût des énergies renouvelables, dont les prix ne cessent de s’effondrer (le coût du photovoltaïque a chuté de 90 % ces six dernières années). Et la déflation est loin d’être terminée de l’avis de la plupart des analystes.



[1] Fessenheim est équipée de deux réacteurs à eau sous pression de 900 MWe.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus