Sombre cobalt

Le 16 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'extraction du cobalt expose des enfants et des adultes à des maladies chroniques et respiratoires
L'extraction du cobalt expose des enfants et des adultes à des maladies chroniques et respiratoires

Plusieurs groupes des secteurs automobile et électronique, dont Renault et Microsoft, sont montrés du doigt pour les abus de leur chaîne d’approvisionnement en cobalt, dans une enquête publiée le 15 novembre par Amnesty International.

 

Le rideau est levé sur les conditions désastreuses de l’extraction du cobalt. Un composant essentiel des batteries lithium-ion dont la production est en plein essor pour équiper les smartphones, ordinateurs portables et véhicules électriques. En coulisses, des adultes et des enfants sont employés pour travailler dans des tunnels étroits, creusés manuellement, s’exposant à des accidents mortels et à de graves affections pulmonaires.

Une extraction concentrée en RDC

Plus de la moitié de la production mondiale provient de la République démocratique du Congo (RDC), et en particulier des mines artisanales situées dans le sud du pays. Un précédent rapport d’Amnesty, publié en janvier 2016 avec African Resources Watch, avait révélé que celles-ci étaient exploitées en dehors des zones autorisées, sans protection des mains ou du visage pour les travailleurs, et sans bien sûr respecter la législation nationale. Une situation qui génère des maladies chroniques et respiratoires dues à une exposition prolongée aux poussières de cobalt.

Vous avez dit vigilance?

Qu’en pensent les multinationales de l’automobile et de l’électronique qui consomment du cobalt? Amnesty a enquêté sur les pratiques de 29 entreprises ayant contracté avec l’entreprise chinoise de transformation Huayou Cobalt, dont Apple, Microsoft, Samsung, LG, Renault, BMW, Daimler et Tesla. L’ONG les a ensuite évaluées au regard de plusieurs critères, dont le devoir de vigilance des multinationales, l’obligation de transparence et les principes définis par les Nations unies et l’OCDE[1].

Résultat: 26 d’entre elles sont incapables de répondre à des questions basiques. D’où vient le cobalt? Les entreprises sont muettes, hormis Apple qui a communiqué les noms de ses fournisseurs et lutte depuis 2016 pour éviter le recours au travail des enfants au sein de la chaîne d’approvisionnement. Renault, Microsoft et Daimler sont particulièrement montrés du doigt pour ne pas respecter les normes internationales minimales et présenter d’énormes zones d’ombre. Un phénomène inquiétant alors que réchauffement oblige, la production de véhicules électriques est en train d’exploser.

 



[1] Organisation de coopération et de développement économiques

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus