Sols: la Grande-Bretagne veut soigner ses terres arables

Le 14 mars 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des terres agricoles en mauvais état.
Des terres agricoles en mauvais état.
DR

Avec près de 3 millions de tonnes de terres arables envolées et lessivées chaque année et une dépendance alimentaire inquiétante, la Grande-Bretagne affiche sa volonté de protéger ses sols agricoles.

En passe d’être libérée du corset réglementaire bruxellois, la Grande-Bretagne commence à tricoter ses propres règles. Dernière démarche en date: intégrer dans la loi sur l’agriculture, qui doit être adoptée d’ici la fin de l’année, des dispositions pour protéger les sols agricoles. Une façon de suppléer à la disparition des subsides de la politique agricole commune (PAC) en soutenant les agriculteurs qui luttent contre l’érosion de leur outil de travail, mais aussi de reprendre barre sur un secteur totalement incapable de nourrir la population britannique. Le pays ne produit que 15% des fruits et 55% des légumes qu’il consomme, et ne dispose que de trois à cinq jours de réserves alimentaires devant lui, avaient démontré trois universités du pays, quelques semaines après le vote approuvant le Brexit.

En 2016, le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) avait évalué la perte de sols fertiles à 24 Mdt/an à l’échelle planétaire. Alors que l’on estime que 60% des terres sont aujourd’hui dégradées, l’IPBES (pour Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services’) -le ‘Giec de la biodiversité’- va publier une évaluation de la dégradation et de la restauration des terres le 26 mars prochain. Deux axes majeurs seront abordés: les changements d’usage des terres (pour l’urbanisation et l’agriculture) et la perte de fertilité (à cause de la perte de biodiversité des sols).

Les sols enfin pris en compte

«Des sols en bonne santé sont essentiels, et il existe des moyens de le mesurer, comme la matière organique du sol, explique une responsable du ministère de l’environnement citée par The Guardian. Les agriculteurs pourront être subventionnés pour améliorer leur gestion du sol, comme la rotation des cultures par exemple. Cela a pris beaucoup de temps, mais je pense que nous sommes sur le point d’inscrire les sols à l’agenda politique.»

Directive-cadre enterrée

Il faut dire que l’heure est grave: 2,9 millions de tonnes de terres arables disparaissent chaque année, selon le ministère de l’environnement britannique. Emportées par les vents, lessivées par les pluies et chaque jour fragilisées par l’usage des pesticides et autres intrants de synthèse. Un constat commun à tous les Etats européens, qui perdent par la seule érosion hydrique quelque 970 Mt de sol par an. En 2006, ils s’étaient attelés à l’écriture d’une directive-cadre sur les sols. Las, 8 ans plus tard, le texte était enterré. Aux côtés des Etats qui rechignaient notamment à payer les coûts d’inventaire des sols pollués, figurait… la Grande-Bretagne.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus