Solaire 2009: le thermique pleure quand le photovoltaïque rit

Le 08 février 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le secteur du solaire photovoltaïque a doublé sa capacité installée en 2009, passant à 250 mégawatts-crête (MWc) installés contre 105 MWc en 2008. La France passe ainsi de la 12e à la 7e position mondiale, selon le deuxième rapport du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) sur l’état de la filière, présenté vendredi 5 février. Cette croissance s’explique notamment par une baisse de 30% du coût des modules.

«2009 a été une année de croissance record, en même temps qu’une année de transition», selon Alain Calmé, associé en charge du pôle Conseil en stratégie pour PwC. En 2010, la structure devrait se structurer. L’aval de la filière (installateurs et distributeurs) devrait «se polariser (…) autour de grands acteurs structurés et de petits acteurs locaux dans le résidentiel; pour les toitures et centrales au sol, le marché en plein développement sera apuré de la spéculation», pronostique PwC.

Le début de spéculation observé fin 2009 devrait en effet être calmé par les nouveaux tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque, parus mi-janvier. «Nous sommes confiants quant à une croissance à deux chiffres dans les prochaines années. C’est remarquable par rapport aux autres secteurs industriels en berne», selon Benjamin Cros, senior manager au pôle Conseil en stratégie chez PwC.

Côté emplois, le cabinet de consulting est moins optimiste que le Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui table sur la création de 15.000 emplois directs par la filière en 2012. Si PwC juge crédibles les 8.000 emplois en aval de la filière en 2012 (commercialisation, installation, ingénierie et chantiers), ce n’est pas le cas pour les 7.000 en amont (systèmes d’intégration, couches minces et silicium). Le SER table sur 3.500 emplois dans la filière silicium «alors qu’il n’y a qu’un seul acteur, Photowatt». Sur 1.500 emplois côté couches minces «quand le partenariat EDF EN et First Solar n’a généré que 100 emplois».

Par ailleurs, 2009 n’a pas réglé le problème industriel de la France en matière de photovoltaïque solaire. «Son acteur historique [Photowatt] est en difficulté. Veut-on être un pays d’installations ou d’industrie leader sur ce marché?», s’est interrogé Alain Calmé. La France a importé 80% de ses panneaux en 2009. Les 10 acteurs du secteurs sont allemands, chinois ou américains: leur part de marché est passée de 54 à 61% entre 2008 et 2009.

Le marché du solaire thermique français, lui, a fait triste mine en 2009. Il s’est contracté de 15% l’an passé, la première baisse enregistrée depuis 10 ans, indique Enerplan dans un communiqué du 5 février.

Moins de 36.000 chauffe-eau solaires individuels ont été installés en 2009, contre 42.000 en 2008 (-14%). Cette baisse est de -56% pour les systèmes solaires combinés (2.500 installés en 2009 contre 5.800 en 2008).

Et encore, le marché a été «sauvé» par une croissance de 19% dans le collectif: 68.000 mètres carrés d’installations d’eau solaire collectives l’an dernier, contre 56.000 m2 en 2008.

En cause selon Enerplan: l’éco-prêt à taux zéro, qui a eu peu d’effet sur le chauffage solaire. Viennent aussi la crise économique, le recul du prix des énergies fossiles, la concurrence des offres thermodynamiques et… la montée en puissance de l’électricité solaire!

«La Programmation pluriannuelle d’investissement dans la chaleur renouvelable vise près d’un million de m2 installés par an en 2012», rappelle opportunément Enerplan. Seuls 265.000 m2 ont été installés en 2009 –185,5 mégawatts thermiques– contre 313.000 m2 en 2008…


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus