Sofiprotéol restructure sa production de biodiesel

Le 08 juillet 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus que 5 sites de production de biodiesel pour Sofiprotéol
Plus que 5 sites de production de biodiesel pour Sofiprotéol
©Sofiprotéol

Le biodiesel n’a plus le vent en poupe en France, à en croire la dernière annonce de Sofiprotéol, leader mondial dans ce domaine, via ses filiales Diester Industrie et Diester Industrie international. 

«Le contexte défavorable du marché des biocarburants (baisse du taux d’incorporation, modification de la directive européenne sur l’énergie, importations massives) amène le groupe à réorganiser les activités de Diester Industrie et Saipol», écrit Sofiprotéol dans un communiqué daté du 5 juillet.

Les objectifs nationaux ont en effet été revus à la baisse avec un taux d’incorporation de 7% en 2010 et non plus 10% en 2015, et un taux actuel de 4,5%. Au niveau européen, un projet de plafonnement à 5% est par ailleurs en discussion pour les agrocarburants de première génération.

Résultat: le groupe présidé par Xavier Beulin, également président de la FNSEA, commence par fermer deux unités d’estérification (1), dont la capacité de production s’élève actuellement à 380.000 tonnes par an. La première (Diester Industrie Flandre), située à Capelle-la-Grande (Nord) fermera ses portes fin 2013. La seconde (Novance), à Venette (Oise), s’arrêtera à la même échéance mais devrait être reconvertie en unité de production d’esther méthylique d’huiles animales et usagées (EMHA/EMHU).

Deuxième mesure : l’unité de trituration (2) de Saipol à Venette (Oise) est également fermée.

Enfin, les filiales Saipol et Diester Industrie seront fusionnées au sein d’une nouvelle entité –Saipol-, à partir de septembre 2014, a précisé le spécialiste de la transformation des oléagineux.

Pour le directeur général de Sofiprotéol, le groupe devra même fermer des usines supplémentaires en France, si l’Union européenne donne un nouveau tour de vis aux agrocarburants de première génération.  

Pour l’heure, il dispose encore de cinq sites de production de biodiésel, à Grand Couronne (Seine-Maritime), à Montoir (Loire-Atlantique), à Bassens (Gironde), à Sète (Hérault) et au Mériot (Aube).

Le groupe, qui affiche un chiffre d’affaires de 7,3 milliards d’euros en 2012, assure que les 81 emplois touchés par cette réorganisation se verront proposer un autre poste dans l’entreprise. Le groupe ajoute que cette restructuration s’inscrit dans le cadre du plan Cap 2018 d’augmenter de 30% son chiffre d’affaires d’ici à 2018.

En octobre dernier, Greenpeace avait dénoncé l’importance des subventions accordées à Sofiprotéol (80 millions d’euros supplémentaires en 2013), alors que la filière du biodiesel  bénéficie d’une défiscalisation au même titre que le diesel, sans que son bénéfice environnemental soit conséquent (voir JDLE).Selon l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie (Ademe), cet agrocarburant émet de 59% à 90% de monis que le carburant fossile de référence. Sans oublier que ces carburants contribuent indirectement à la déforestation et à la flambée des prix alimentaires.

(1)L’estérification est une réaction chimique consistant en la production d’ester et d’eau à partir d’un alcool et d’un acide carboxylique

(2)La trituration est une opération de broyage par friction



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus