ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article sur WikioPartager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedinPartager cette page sous TwitterS'abonner au flux RSS du JDLE

Sirop de riz brun: de l’arsenic au rayon bio

Le 22 février 2012 par Romain Loury

Le sirop de riz brun, notamment utilisé dans le bio, est très chargé en arsenic, montre une étude américaine (http://ehp03.niehs.nih.gov/article/fetchObjectAttachment.action;jsessionid=FB06AFE690AF1856B2462C80A903DC4D?uri=info%3Adoi%2F10.1289%2Fehp.1104619&representation=PDF) publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Issu de la fermentation de grains de riz et d’orge, cet édulcorant que l’on trouve dans les magasins bio est souvent présenté comme meilleur pour la santé, car moins riche en calories que le saccharose ou le sirop de maïs. Certes, mais il est aussi très riche en arsenic, connu pour ses effets cancérigènes et fortement capté par le riz en culture (voir le JDLE http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-riz-une-source-majeure-d-arsenic,26492).

Une situation particulièrement inquiétante en ce qui concerne les préparations pour bébés, dont Brian Jackson, du Dartmouth College de Hanover (New Hampshire), et ses collègues ont testé 17 marques américaines. Parmi elles, deux étaient à base de sirop de riz brun, avec des taux d’arsenic 20 fois plus élevés que les autres!

A 25 microgrammes/litre (µg/l), l’une d’entre elles, à base de soja, dépassait largement la limite fixée aux Etats-Unis pour l’eau potable, fixée à 10 µg/l, tandis que l’autre produit, à base de lait de vache, la frôlait.

Un peu moins inquiétants du fait qu’ils ne sont pas destinés aux nourrissons, d’autres types de produits présentent aussi des taux très élevés, jusqu’à 128 nanogrammes/gramme (ng/g) pour des barres de céréales, voire 171 ng/g dans certaines boissons énergisantes pour sportifs.
Quel que soit le type de produit analysé, c’est toujours la forme la plus toxique d’arsenic, à savoir l’inorganique, qui est majoritaire. Or il n’existe de seuil réglementaire que pour l’eau, pas pour les aliments: «Les Etats-Unis ne disposent d’aucun règlement pour gérer une telle situation», déplorent les chercheurs, qui appellent à en créer un.

L’Europe ne possède non plus aucun seuil réglementaire pour l’arsenic inorganique: en 2009, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a décidé d’abandonner la dose hebdomadaire tolérable de 0,15 µg/kg de poids corporel, fixée par le comité mixte FAO/OMS d’experts des additifs alimentaires (JECFA). Au motif que des effets cancéreux (poumon, voies urinaires, peau) avaient été observés à de plus faibles niveaux…