Shell : une marée noire très prévisible

Le 24 août 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La marée noire qui sévit en mer du Nord depuis la semaine passée était quasiment prévisible. C’est du moins la conclusion que l’on peut tirer à la lecture de quelques statistiques du Health and Safety Executive (HSE), l’institution britannique chargée de réguler la sécurité et la sûreté au travail.
 
Depuis 2005, indiquent les registres du HSE, Shell a été poursuivi 4 fois (pour l’explosion dans son terminal gazier de Bacton, pour un accident sur le port d’Ellesmere, pour une collision au terminal méthanier de Fife et un accident mortel sur la plate-forme de Rig): record absolu pour une compagnie pétrolière opérant en mer du Nord britannique !
 
Dans le même temps, la compagnie anglo-néerlandaise s’est vu signifier 21 mises en demeure pour améliorer la sûreté, dont 2 sur la plate-forme Clipper, en 2006 et 2007. En 2007, Shell est accusée d’avoir omis de déclarer une source de danger potentielle pour l’équipage de la plate-forme Dunlin Alpha. En 2009, l’exploitant de la plate-forme Brent Charlie est vivement prié par le HSE de renforcer la protection de l’équipage contre des fuites de gaz. Le HSE a aussi relevé des problèmes de maintenance sur les plates-formes Brent Bravo et Leman Alpha, un manque de contrôle d’exposition à l’amiante sur Leman Charlie, etc.
 
La compagnie au coquillage est aussi un pollueur régulier de la mer du Nord. Ces deux dernières années, le HSE a noté 7 marées noires, plus ou moins importantes, autour des installations marines de la Shell. Là encore, c’est un triste record pour l’industrie pétrolière britannique.
 
Interrogé par le Herald Scotland, le professeur Andrew Watterson estime que, ces deux dernières années, le tonnage des hydrocarbures rejeté en mer du Nord britannique a progressé de 30% et que le nombre d’accidents du travail sur les installations offshore a bondi de 77%. Parallèlement, souligne le spécialistes des questions d’hygiène, de sécurité et d’environnement de l’université de Stirling, l’effectif des inspecteurs du HSE a diminué de 10%.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus