Shell lance l’éolien marin nouvelle génération

Le 31 juillet 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Shell veut produire massivement de l'hydrogène avec l'électricité produite par des éoliennes marines.
Shell veut produire massivement de l'hydrogène avec l'électricité produite par des éoliennes marines.
Shell

En partenariat avec Eneco, le pétrogazier anglo-néerlandais va construire un parc éolien-photovoltaïque au large des Pays-Bas. Objectif : produire de l’hydrogène vert pour décarboner l’industrie.

Le gouvernement néerlandais a choisi en milieu de semaine. C’est finalement le consortium CrossWind qui construira le parc éolien marin Hollandse Kust Noord. Il serainstallé à une vingtaine de kilomètres au large de la station balnéaire d’Egmond aan Zee, dans la province de Hollande-du-nord.

Lors de sa mise en service commerciale, en 2023, l’installation comportera 69 turbines SiemensGamesa de 11 MW de puissance unitaire. Ne bénéficiant d’aucune aide publique, le parc produira environ 3,3 TWh/an : l’équivalent de 16 % de la consommation d’électricité. Rien que de très classique dans le contexte énergétique néerlandais.

La pandémie n'a pas freiné l'installation d'éoliennes en Europe. Selon WindEurope, les développeurs ont mis en service 5 GW d'éolien marin et terrestre, au premier semestre. Un chiffre comparable aux premiers semestres de ces 3 dernières années.

Ce qui l’est moins, c’est que Hollandse Kust Noord sera un formidable terrain de jeu technologique pour ses promoteurs. A côté du parc éolien sera ancrée la première ferme photovoltaïque flottante du pays. Les deux unités de production seront raccordées à une sous-station et à des batteries, installées à terre, pour réduire les risques inhérents à l’intermittence de la production.

production d'hydrogène vert

Porté par Shell et Eneco, le projet éolien est lié au programme NorthH2 de Shell. Le pétrogazier entend utiliser une partie du courant généré au large pour alimenter des électrolyseurs, producteurs d’hydrogène «vert». Avec une capacité éolienne de 3 à 4 GW (le tiers de la puissance du programme néerlandais prévue pour 2030), le groupe anglo-néerlandais imagine pouvoir injecter dans les réseaux de gazoducs de Gasunie 800.000 tonnes/an d’hydrogène, à l’horizon de 2030.

Le gaz pourrait être distribué vers les grands centres industriels néerlandais (Rotterdam) ou allemands. Ce qui correspond parfaitement aux stratégies hydrogène, récemment dévoilées par le gouvernement allemand et la Commission européenne.

Dans un premier temps, Shell prévoit de coupler son parc éolien à un électrolyseur de 200 MW (18.000 t d’hydrogène par an, soit  l'équivalent de 3% de la production nationale), qui pourrait être construit à Rotterdam. L’hydrogène serait consommé par la raffinerie Shell de Pernis, lui permettant ainsi de réduire de 200.000 tonnes par an ses émissions de CO2.